Emmanuel Macron sera interviewé jeudi en direct sur Brut
Emmanuel Macron sera interviewé jeudi en direct sur Brut — Jacques Witt/SIPA

ECONOMIE

Nouvelle Calédonie : Tensions autour de la reprise de l’usine Vale, un appel à Emmanuel Macron lancé

Le FLNKS et un parti centriste ont demandé l’intervention du président dans ce dossier sensible, alors que « plusieurs gendarmes ont été blessés » lors d’une intervention dimanche matin pour libérer les accès au site de l’usine

L’appel au chef de l’Etat comme « un ultime recours ». Le dossier de la reprise de l’usine de nickel de Vale s’est à nouveau envenimé dimanche en Nouvelle-Calédonie, après l’échec d’un accord obtenu vendredi, poussant le FLNKS et un parti centriste à demander l’intervention d’Emmanuel Macron, compte tenu d’un contexte « très dangereux ».

« Nous considérons que notre pays est au bord d’une très grave crise politique, économique et sociale. (…) Nous sollicitons votre intervention personnelle dans ce dossier », lit-on dans ce courrier adressé au président de la République. Il est signé par les trois parlementaires de Calédonie Ensemble (centre droit) – les députés Philippe Gomes et Philippe Dunoyer et le sénateur Gérard Poadja – par le président indépendantiste du Congrès, Roch Wamytan (UC-FLNKS) ainsi que par les chefs de groupes de CE et du FLNKS.

Un compromis avait été trouvé

Alors que l’Etat est impliqué dans la transaction par le biais de soutiens financiers (500 millions euros), les auteurs « font appel » à Emmanuel Macron « en tant qu’ultime recours » pour que Vale « desserre l’étau des délais dans lesquels il a engagé cette cession », avant une possible fermeture le 31 décembre.

Vendredi au terme d’une table ronde de 10 heures à l’initiative de l’Etat, un « compromis » avait été trouvé entre tous les protagonistes de ce dossier industriel aux contours très politiques. Il avait notamment été convenu que la présidente de la province sud, Sonia Backès (loyaliste) demande au Brésilien Vale de surseoir à sa décision de vendre son usine, adossée au riche gisement de Goro, à un consortium calédonien et international, mené par le négociant en matières premières, Trafigura.

L’objectif était de permettre à l’offre concurrente avec le groupe Korea Zinc, soutenue par le FLNKS, le collectif « usine du sud : usine pays » et l’Instance coutumière autochtone de négociations (ICAN) mais écartée par Vale, de venir sur le site « afin de procéder à une expertise dans le cadre de la recherche d’un partenariat financier et industriel ».

« Plusieurs gendarmes ont été blessés »

Dans l’esprit des indépendantistes, « un délai suffisant permettant de finaliser l’offre » de l’ordre de deux ou trois mois était nécessaire. Or, Vale a annoncé ensuite « différer de quelques jours sa décision sur la cession » au consortium avec Trafigura. Quant à Korea Zinc, « de possibles partenariats industriels dans les années à venir » étaient envisagés. « On a l’impression d’avoir perdu notre temps. Nos mobilisations vont reprendre sur le terrain », ont indiqué les dirigeants de l’ICAN et du FLNKS samedi soir après une réunion houleuse à la province sud. De son côté, la coalition « Les loyalistes » (droite) à laquelle appartient Mme Backès a dénoncé une « politique de la terre brûlée » et « les menaces de violence ».

Selon le haut-commissariat de la République, « plusieurs gendarmes ont été blessés » lors d’une intervention dimanche matin pour libérer les accès au site de l’usine de Vale.