Coronavirus dans les stations de ski : Un collectif de sénateurs de droite et du centre demande une audience à Macron

DECONFINEMENT Les élus ont « un sentiment de stigmatisation de la montagne »

20 Minutes avec AFP

— 

Les remontées mécaniques à l'arrêt à Super Bagnès, près de Bagnères-de-Luchon, dans les Pyrénées.
Les remontées mécaniques à l'arrêt à Super Bagnès, près de Bagnères-de-Luchon, dans les Pyrénées. — AFP

Un collectif de 58 sénateurs a demandé dans un courrier adressé vendredi au président de la République « une audience afin d’échanger sur leurs craintes de stigmatisation des stations de montagne ». « C’est une démarche collective, transpartisane et inédite qui démontre que lorsque l’essentiel est en jeu, les montagnards s’expriment d’une seule voix ! », souligne Cédric Vial (LR), sénateur de Savoie à l’origine de cette initiative, dans un communiqué.

Le courrier est signé essentiellement par des élus Les Républicains ou centristes, mais aussi par deux socialistes, Sébastien Pla (Aude) et Jean-Jacques Michau (Ariège), ainsi que Didier Rambaud, sénateur de l’Isère du groupe RDPI à majorité En Marche.

« La diversité des situations doit être prise en compte »

« Toutes les mesures annoncées par le gouvernement ces dernières semaines provoquent chez les acteurs professionnels, les élus locaux et la population un sentiment de stigmatisation de la montagne », renchérit Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice LR des Alpes-Maritimes. Loïc Hervé, sénateur centriste de Haute-Savoie, souhaite « pouvoir échanger de manière constructive avec le président sur cette situation source de beaucoup d’incompréhension et dont les conséquences n’ont visiblement pas toutes été appréhendées ».

Pour Jean-Michel Arnaud, sénateur centriste des Hautes-Alpes, « la diversité des situations doit être prise en compte » et « les décisions doivent s’appuyer sur des éléments factuels pour être comprises ».

« La fermeture des remontées mécaniques a suscité beaucoup d’émotion »

« Les annonces du gouvernement concernant la fermeture des remontées mécaniques dans les communes de station, les risques qui pèsent sur la sécurisation des domaines skiables ou les mesures restrictives aux frontières concernant nos concitoyens qui souhaiteraient se rendre dans un autre massif européen ont suscité beaucoup d’émotion », écrivent les membres du collectif dans leur courrier à Emmanuel Macron.

Ils sollicitent une audience auprès du président « dans les meilleurs délais afin d’échanger sur cette situation source de beaucoup d’incompréhension ».