Noël à Nice : Dans l'arrière-pays, un village aux 400 crèches

TRADICOOL « 20 Minutes » fait un tour de France des traditions de Noël. Dans les Alpes-Maritimes, direction Lucéram où des centaines de crèches animent les moindres recoins du village. Cette année, confinement oblige, une visite virtuelle sera proposée.

Michel Bernouin

— 

Cette année, malgré le confinement, le lavoir a sa crèche
Cette année, malgré le confinement, le lavoir a sa crèche — M. Bernouin / ANP / 20 Minutes
  • Les fêtes de Noël approchent. 20 Minutes vous fait découvrir différentes traditions.
  • Dans les Alpes-Maritimes, l’attraction la plus authentique se trouve à Lucéram, où est organisé chaque année un « circuit des crèches ».
  • Plus de 400 réalisation de toutes tailles et de tous styles sont à découvrir dans le village.

Pour tout amateur de crèche, Lucéram (Alpes-Maritimes) c’est la Mecque. À 25 km de Nice, ce village aux ruelles tortueuses, niché au creux de la vallée du Paillon, a un charme fou. Mais depuis plus de vingt ans, en décembre, c’est autre chose : chacun de ses recoins révèle une surprise.

Dans le labyrinthe de ses rues médiévales, les crèches sont absolument partout. Dans les escaliers qui mènent aux maisons, sous les voûtes de pierre, sur les margelles et derrière les fenêtres, dans l’église, les chapelles et même au fond de l’ancien four à pain !

Dans une demi-coquille de noix

Il y en aurait plus de 400 en tout. Certaines immenses, comme celle qui représente l’ensemble du village sur plus de dix mètres de long ; d’autres minuscules, comme celle confectionnée dans une demi-coquille de noix. Dans ce village d’un peu plus de 1.000 habitants, chacun met un point d’honneur à participer.

Pour sa création de type provençal, très végétale, Nicolas va récolter de la mousse en montagne avant de la disposer sur les marches de sa maison. Un peu plus haut dans le village, des silhouettes grandeur nature ont pris place à l’abri d’une voûte. Une autre création, flottante celle-là, décore le lavoir municipal.

50.000 visiteurs

Des créations originales ou monumentales, mais pas seulement. Les plus modestes, assemblages de fèves santons trouvées dans les gâteaux de rois des années précédentes, ou faites de bric et de broc, ne sont pas les moins intéressantes. Surtout lorsqu’on se prend au jeu de toutes les trouver, jusqu’au fond d’une boîte aux lettres où dans les interstices d’un mur en pierres.

Cette tradition attire chaque année près de 50.000 visiteurs. Sauf cette année : l’épidémie de coronavirus, avec l’interdiction de s’éloigner de plus de 20 kilomètres de son domicile, mais aussi le plan Vigipirate renforcé depuis l'attentat de la basilique Notre-Dame de Nice, ont privé Lucéram de son « 23e circuit des crèches » !

« J’en suis malade, je n’en dors plus ! C’est une année terrible », soupire Christiane Ricort, la présidente de la maison de pays de Lucéram, à l’origine de la manifestation qui devait débuter ce samedi. Alors, il y a bien quelques crèches dans le village, comme celle sculptée dans un tronc d’arbre, si lourd qu’il ne quitte jamais son emplacement, où celle confectionnée avec de vieux outils agricoles et fers à cheval, qui décore toute l’année la façade de son créateur, mais la fête, la vraie, n’aura pas lieu.

Pour pallier cette année « sans », la maison de pays de Lucéram promet qu’elle proposera très vite une « visite virtuelle », avec photos et vidéos des réalisations qui ont été immortalisées ces dernières années. En attendant 2021, et l’espoir de voir réapparaître les crèches à tous les coins de rue de Lucéram.