Coronavirus dans les Pyrénées: Les professionnels de la montagne espèrent encore ouvrir pour Noël

TOURISME Plusieurs centaines de professionnels de la montagne ont participé à une marche solidaire vendredi à Bagnères-de-Luchon pour réclamer l’ouverture des domaines skiables aux vacances de Noël

J.R. avec AFP

— 

Dans une station de ski des Pyrénées. Illustration.
Dans une station de ski des Pyrénées. Illustration. — Gonzalo Azumendi - VWPics - Sipa

Eviter « une catastrophe économique ». C’est le mot d’ordre de la mobilisation de plusieurs centaines de professionnels de la montagne qui ont participé vendredi à une marche solidaire à Bagnères-de-Luchon, au sud de la Haute-Garonne pour réclamer l'ouverture des stations de ski pour les fêtes de Noël.

Pour éviter la propagation de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a décidé d’interdire l’ouverture des domaines skiables, notamment des remontées mécaniques, pour les vacances de Noël.

Mesures sanitaires territorialisées

« Économiquement, c’est une catastrophe. C’est la mort de nos vallées, martèle l’initiateur de la manifestation et porte-parole du collectif du Haut Comminges, Christophe Deschamps, propriétaire d’une maison d’hôtes à Luchon. On se demande comment on peut s’entasser dans le métro et ne pas pouvoir aller sur un télésiège à quatre et descendre une piste en famille ».

« Certains départements ont leurs services des urgences saturés, mais pas chez nous », assure Manon Escoubet, restauratrice sur le domaine de Superbagnères, qui défend des mesures sanitaires territorialisées. Face à l’émoi des professionnels de la montagne, plusieurs régions, dont la Nouvelle Aquitaine et l’ Occitanie, ont déposé jeudi un référé-liberté devant le Conseil d’Etat contre cette décision du gouvernement.

De l’autre côté des Pyrénées, le ministère espagnol de la Santé a indiqué vendredi qu’il négociait toujours avec les régions ainsi qu’avec la France pour une possible ouverture de ses stations de ski.