Coronavirus à Marseille : Les masques offerts par la mairie sont les plus chers de France

COLLECTIVITE Les masques du fabricant Hom achetés par la mairie de Marseille et distribués aux habitants sont les plus chers de France

A.M.

— 

L'opération « Un masque pour tous » réalisée, notamment, par l'entreprise Fil Rouge.
L'opération « Un masque pour tous » réalisée, notamment, par l'entreprise Fil Rouge. — CHAMUSSY/SIPA
  • France Inter révèle dans une enquête que les masques achetés par la mairie de Marseille au fabricant Hom et à destination de la population sont les plus chers de France.
  • Ils épinglent aussi l’opération « Un masque pour tous », voulue par la présidente de la métropole Aix-Marseille et le département des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, qui a profité à l’entreprise d’une de ses connaissances.

Bas les masques. France Inter révèle dans une enquête que les masques du fabricant Hom sont les plus chers de France payés par une collectivité locale, à savoir la mairie de Marseille dirigée à l’époque par Jean-Claude Gaudin (LR). Ces masques à destination de la population de Marseille ont été payés 5,50 euros hors taxe par unité.

A titre de comparaison, ceux fabriqués par la Bonneterie Chanteclair, des masques haut de gamme notamment portés par Emmanuel Macron, ont été vendus à 5,01 euros HT à la région Grand-Est, qui a pourtant commandé une plus petite quantité qu’à Marseille (15.000 contre 250.000). Et France Inter précise que les prix des masques payés par les collectivités n’ont que très rarement dépassé 4 euros.

« Un masque pour tous » également épinglé

Une commande totale d’un montant de 1.435.500 euros passé par la mairie qui n’a pourtant pas permis d’éviter la cessation de paiement de la société Hom en juillet dernier alors que sa directrice générale, Régine Weimar est élue à la chambre de commerce, et très bien implantée dans le paysage économique local.

La société a justifié ces coûts par la qualité du masque, mais il ne contient même pas de coton. La société Hom a aussi argué que les masques étaient fabriqués dans l’Union européenne, alors qu’ils l’ont été en Bosnie. A noter que le marché a été conclu sous l’ancienne municipalité dirigée par Jean-Claude Gaudin, depuis remplacé par l’écologiste Michèle Rubirola.

France Inter explique par ailleurs que l’opération « un masque pour tous » voulue par la présidente de la métropole d’Aix-Marseille et du conseil département des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, a profité à l’entreprise Fil Rouge, dont la fondatrice et directrice, Annie Carrai, travaillait dans l’entreprise du père de l’élue. Contactée, Annie Carrai s’est défendue de tout conflit d’intérêts ou de favoritisme.