Savon, bougie, pochette à masques… Pourquoi le confinement va doper les cadeaux Noël fait maison

SOUS LE SAPIN Le plaisir d’exercer une activité manuelle, d’offrir un cadeau personnalisé… La tendance du DIY (do it yourself) bat son plein à l’approche des fêtes

Delphine Bancaud

— 

Les cadeaux maison cartonnent cette année.
Les cadeaux maison cartonnent cette année. — Pixabay
  • Avec les deux confinements, certains Français ont succombé à la mode du DIY (do it yourself).
  • Selon un sondage Toluna pour le site de fournitures I MAKE, cette année, 43 % des Français prévoient d’offrir un cadeau fait main pour Noël.
  • Une démarche à la fois personnelle et écoresponsable qui correspond à une vraie tendance de consommation.

Des savons maison, une bougie fabriquée par des doigts agiles, un album photo, un panier gourmand personnalisé, un bracelet, des confitures 100 % artisanales… Il devrait y en avoir plein sous le sapin. Car selon un sondage * Toluna pour le site de fournitures I MAKE, cette année, 43 % des Français prévoient d’offrir un cadeau fait main pour Noël.

Un chiffre qui s’explique par un effet confinement, comme l’explique Natacha Seret, auteure de nombreux livres ** sur les loisirs créatifs : « Certains Français ont redécouvert les loisirs créatifs, comme le montrent les fortes ventes des machines à coudre ces derniers mois. Les deux confinements leur ont donné du temps pour se lancer. Et ceux qui aimaient déjà créer ont pu s’y consacrer davantage. D’autant que c’est une activité très relaxante, qui s’effectue dans le calme et qui procure un sentiment de bien-être ». La fermeture des magasins jusqu’à samedi dernier a aussi incité certains à prendre de l’avance sur leurs cadeaux de Noël en les concevant eux-mêmes. Romain, qui a répondu à  notre appel à témoins , fait partie des nouveaux adeptes : « J’ai découvert le tricot pendant le confinement et je fais mes cadeaux de Noël », annonce-t-il. Idem pour Laura : « Lors du premier confinement, j’ai mis mon temps libre à profit pour prendre des cours de couture ». « Je me suis mise au tricot, les petits ouvrages pour bébés sont rapides à réaliser et tellement mignons. Faisant partie des travailleurs "non-essentiels", ça m’a donné un but lors du confinement », confie aussi Coralie.

« Mes cadeaux seront des tote bags ou des cercles à broder à accrocher »

Si l’on imagine le fan typique de loisirs créatifs sous les traits d’une gentille mamie à lunettes, on fait fausse route, selon Élodie Abecassis, fondatrice d’I MAKE : « Ceux qui s’appellent entre eux les "makers" ont tous les âges, et on compte parmi eux de plus en plus d’hommes ». Ces dernières années, les communautés de "makers" se sont d’ailleurs développées sur le Web, chacun s’échangeant des tutos ou des bons plans pour se fournir en matières premières.

Et force est de constater que ces « makers » débordent d’idées de cadeaux de Noël cette année : « Le plus souvent, il s’agit de choses à porter (vêtement, ceinture, porte-cartes…), de cosmétiques (shampoing solide, huile pour barbe, savon…), d’objets de décoration (bougie, serviette brodée, tableau…) », observe Elodie Abecassis. Une créativité dont témoignent nos lecteurs : « Mes cadeaux seront des tote bags ou des cercles à broder à accrocher, avec évidemment une broderie bien drôle et bien sarcastique, parce que la broderie mémère, c’est non ! », s’exclame Julie. Mélanie a de son côté prévu d’offrir à ses proches « des petits cactus sous cloche et un mobile en origami agrémenté de pompons ». Chaque membre de la famille d’Élisabeth recevra un kit DIY « avec des produits de beauté (un baume à lèvre, un déo solide, de la mousse à raser, un dentifrice…) et d’autres cadeaux (masque, couvre-plat, bee wrap, mouchoir en tissu…). » Sophie, elle, s’y est prise dès le mois d’août : « J’ai fait un plaid, des lingettes, des essuie-tout, des sacs pliables, des éponges, des bandeaux pour les cheveux… », énumère-t-elle. « Cette année, les pochettes à masques risquent d’être aussi très tendance sous le sapin », avance Natacha Seret.

Des cadeaux qui ont plus d’âme

Si le cadeau maison est si tendance cette année, c’est en partie pour des raisons économiques. « Entre le chômage partiel, qui implique une perte de salaire, et le confinement, qui nous force à nous occuper autrement, on a décidé cette année que les cadeaux entre adultes seraient faits main. Je suis devenue une brodeuse compulsive pendant ce second confinement », témoigne ainsi Julie. Florence a elle aussi opté pour les cadeaux sur mesure « dans une optique de limiter la consommation et de dépenser moins, car cette année, mon conjoint et moi sommes au chômage », confie-t-elle.

Mais ce n’est pas tout : « Beaucoup de personnes ont envie d’offrir un cadeau personnalisé, sortant de l’ordinaire et qui représente aussi bien celui qui l’offre que celui qui le reçoit », explique Elodie Abecassis. C’est le cas de Laura. « J’ai prévu de faire une robe pour ma meilleure amie. Elle a flashé sur un modèle que j’ai créé sur mesure, et je sais que ça lui fera mille fois plus plaisir que je le fasse moi-même plutôt que j’en achète en magasin ! ». Sophie a elle aussi l’impression que ses cadeaux ont plus de sens : « Je me fais plaisir à fabriquer pour les autres, à leur donner du temps. Eux sont contents d’avoir des choses utiles et adaptées ». Et le cadeau maison a une valeur sentimentale plus forte, selon Mélanie : « La personne qui le reçoit perçoit l’effort. C’est beaucoup plus touchant qu’une carte cadeau ».

« Cela a un côté écolo, plutôt que d’acheter toujours du neuf »

La mode du DIY est aussi portée par des motivations écoresponsables, comme le constate Elodie Abecassis : « Cela répond à une envie d’authenticité et de transparence en matière de consommation. Quand on crée des cosmétiques soi-même, par exemple, on maîtrise à 100 % les matières que l’on utilise. Et cela permet de limiter les déchets, donc de participer à un meilleur respect de la planète ». Ce dont témoigne Mathilde : « J’adore donner une seconde vie à des objets qui ont vécu, c’est une sorte de renaissance. Ça évite le gaspillage, c’est donc écologique ».

Lauriane est du même avis : « Cela a un côté écolo, plutôt que d’acheter toujours du neuf », insiste-t-elle. D’autant que la durée de vie de ces cadeaux est généralement plus longue, selon Natacha Seret : « On a davantage tendance à garder un objet fait main car on sait le travail qu’il a demandé. Et parce qu’il est le symbole du lien qui unit deux personnes ».

* Sondage Toluna pour I MAKE, réalisé le 22 octobre 2020 auprès de 1.037 répondants représentatifs de la population française.

**Je sais coudre – petites créa faciles, Natacha Seret, Éditions L’Inédite, 12,50 euros.