Roybon : Stupéfaction dans la ville, connue pour son ex ZAD et totalement vandalisée dans la nuit

DEGRADATIONS De nombreuses dégradations ont été commises à Roybon, en Isère, dans la nuit de mercredi à jeudi. Une action non revendiquée pour l’heure dans cette ville qui a abrité pendant six ans une ZAD en opposition à un projet abandonné de Center Parcs

E.F. avec AFP

— 

La gendarmerie est chargée de l'enquête. Illustration.
La gendarmerie est chargée de l'enquête. Illustration. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Plusieurs commerces de Roybon, en Isère, ont été vandalisés dans la nuit de mercredi à jeudi.
  • L’acte n’a pas été revendiqué. Toutes les pistes sont exploitées, y compris celle d’anciens zadistes, évacués en octobre, mobilisés depuis six ans contre un projet abandonné de Center Parcs.

Presque tous les magasins ont été la cible des vandales. Les commerces et la mairie de Roybon, commune de l'Isèreune Zad qui s’opposait à un projet de Center Parcs a été démantelée récemment, ont été vandalisés dans la nuit de mercredi à jeudi, selon la gendarmerie. Ces dégradations ont été commises par un groupe de personnes qui a pris la fuite.

« On est vraiment sur des actes de pur vandalisme, avec beaucoup de vitrines détruites à coups de masse, le long de la route principale », a déclaré le commandant de la compagnie de Saint-Marcellin, Silvère Giop, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

« Toutes les pistes sont ouvertes »

Ces actes n’ont été ni revendiqués, ni signés. « Toutes les pistes sont ouvertes, y compris celle d’anciens zadistes, mais rien ne permet à ce stade d’établir de lien », a souligné le chef d’escadron. Le projet de Center Parcs, auquel s’opposaient des associations de défense de l’environnement depuis des années, avait été abandonné en juillet et la ZAD a été démantelée par les forces de l’ordre mi-octobre.

Les faits, commis entre 1 h et 2 h du matin, ont réveillé des habitants qui ont aperçu « au moins trois personnes au visage dissimulé » qui avaient disparu quand la gendarmerie est arrivée. Selon le maire, Serge Perraud (UDI), les casseurs ont remonté la grand-rue du village « sur environ 500 mètres » et « quasiment tous les commerces ont été impactés : l’assureur, la pharmacie, la boulangerie, une supérette et après ils ont caillassé l’office du tourisme, la coiffeuse, et ils ont fini à la mairie ».

Des projets de rénovation pour la ville

Des tentatives de départ d’incendie ont fait long feu, selon les enquêteurs. « Les commerces ont déjà pas mal à souffrir aujourd’hui, ils n’ont pas besoin de ça en plus », a regretté le maire. « Ces faits sont intolérables et inacceptables. Ils viennent s’ajouter à un contexte déjà difficile à vivre. J’espère que les vandales seront rapidement appréhendés », a réagi ce jeudi sur Twitter le président du département de l’Isère Jean-Pierre Barbier.

Après l’abandon du Center Parcs, le village mise sur des projets de rénovation, comme la requalification de sa grand-rue pour valoriser une réplique de la Statue de la liberté de New York, don en 1906 du sculpteur Alexandre Bartholdi au député-maire, Mathias Saint-Romme, qui fut son ami.