« Coup de pouce vélo » : Le gouvernement prolonge le dispositif jusqu’au 31 mars

DEPLACEMENTS Entre les deux confinements, le nombre de passages de vélos a bondi de 27 %

20 Minutes avec agences

— 

Un femme roule en velo pres des rails du tramway de Nantes en novembre 2017.
Un femme roule en velo pres des rails du tramway de Nantes en novembre 2017. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Le coup de pouce vélo, qui vise à encourager la pratique du vélo en France, sera prolongé jusqu’au 31 mars 2021, avec un montant relevé d’environ 20 millions d’euros, a fait savoir ce lundi le ministère de la Transition écologique. Ce dispositif, un forfait de 50 euros (hors taxes) pris en charge par l’Etat pour faire réparer sa bicyclette, devait prendre fin le 31 décembre.

« Ce dispositif a connu un large succès : le 24 novembre, la barre du million de vélos réparés a été franchie », a détaillé le ministère dans un communiqué. Par conséquent, il est prolongé de trois mois afin de « donner la visibilité aux réparateurs pour se préparer à la fin du dispositif ». L’enveloppe globale, actuellement de 80 millions d’euros, sera relevée « d’une vingtaine de millions supplémentaires ». « Je suis confiant sur le fait que les collectivités sauront prendre le relais de ce dispositif », a déclaré Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB).

Un mode de déplacement de plus en plus adopté

Par ailleurs, le ministère a annoncé le lancement d’un programme « objectif employeurs pro-vélo », « qui soutient les employeurs publics et privés dans leur démarche de développement de l’usage du vélo pour les trajets domicile-travail », selon le communiqué. Pour en bénéficier, il faut s’engager dans un processus de labellisation, a expliqué Olivier Schneider.

Le programme vise à « labelliser plus de 4.000 entreprises représentants plus de 500.000 salariés » et financer « 20.000 nouvelles places de stationnement vélo sécurisées en entreprise » sur trois ans, selon le communiqué du ministère. Ce programme, doté de 30 millions d’euros sur trois ans, peut aussi servir à financer d’autres infrastructures comme des casiers et des douches, l’entretien des vélos des salariés ou des cours de remise en selle, a précisé Olivier Schneider.

La pratique du vélo comme mode de déplacement, très en retard en France, a explosé depuis la crise du Covid-19, notamment avec la création de nouvelles pistes cyclables. Du 11 mai au 29 octobre, entre les deux confinements, le nombre de passages de vélos a bondi de 27 %, selon l’association Vélo et territoires, qui se base sur 182 compteurs représentatifs en France. La tendance est particulièrement marquée en milieu urbain, mais concerne aussi des zones périurbaines et rurales.