La réforme des retraites sera la « priorité », « le jour où nous engagerons les réformes », annonce Bruno Le Maire

POLITIQUE Une fois que la France aura retrouvé le chemin de la croissance, a déclaré le ministre sur LCI

20 Minutes avec AFP

— 

La réforme des retraites sera la « priorité », « le jour où nous engagerons les réformes », annonce Bruno Le Maire (Illustration)
La réforme des retraites sera la « priorité », « le jour où nous engagerons les réformes », annonce Bruno Le Maire (Illustration) — Jacques Witt/SIPA

Elisabeth Borne et les syndicats s'y opposent. Mais Bruno Le Maire persiste et signe : la réforme des retraites sera la « priorité absolue des réformes le jour où nous engagerons les réformes », une fois que la France aura retrouvé le chemin de la croissance, a déclaré mardi sur LCI le ministre de l’Economie.

Bruno Le Maire avait affirmé dimanche avoir « la conviction forte » que cette réforme devait être « la priorité absolue », une vision à laquelle s’est opposée la ministre du Travail Elisabeth Borne pour laquelle « la priorité absolue, c’est de sortir la crise sanitaire économique, sociale, de protéger les emplois ».

« Notre économie a besoin des transformations profondes »

« Il faut faire les choses les unes après les autres, la protection, la relance et ensuite rembourser la dette que nous avons contractée et reprendre le chemin des réformes », a expliqué Bruno Le Maire mardi. Et de concéder que « si on ne veut pas se prendre les pieds dans le tapis, il ne faut surtout pas tout faire à la fois ».

« Les choses n’ont pas changé, notre économie a besoin des transformations profondes, notre régime des retraites a besoin de transformations profondes aussi le moment venu », a néanmoins réaffirmé le ministre de l’Economie.

Les réformes sont dans « l’ADN de la majorité »

« Quand nous aurons retrouvé de la croissance et de l’activité économique il faudra reprendre le fil des réformes qui fait partie de l’ADN de la majorité à laquelle j’appartiens », selon lui.

Interrogé sur le point de savoir si dans ce cas il estimait encore opportun d’engager ces réformes dès l’an prochain, il a répondu espérer « qu’en 2021 nous aurons retrouvé le chemin de la croissance, nous aurons retrouvé une économie plus dynamique ».

Au-delà de la nécessité de réduire les déficits publics, le ministre a regretté que la France soit l’un des pays où l’on travaille le moins tout au long de la vie.

« Nous sommes l’un des pays – et je trouve que c’est profondément injuste – où les personnes qui ont entre 55 et 63 ans travaillent le moins. Je trouve que c’est une perte de compétences, un gâchis d’expérience », a affirmé Bruno Le Maire.