EasyJet va imposer un surcoût pour les plus grands bagages en cabine

AVION A partir du 10 février, les passagers pourront emporter deux bagages à main, un petit à placer sous le siège, gratuitement, et le plus grand pour 10,49 euros minimum

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion de la compagnie EasyJet à Lyon.
Un avion de la compagnie EasyJet à Lyon. — XAVIER VILA/SIPA

Des changements qui pourraient peser dans le portefeuille des utilisateurs réguliers. A partir de février 2021, les passagers d’EasyJet devront payer un surcoût pour emporter un grand bagage à main en cabine, a annoncé la compagnie aérienne britannique, ce mardi.

Jusqu’ici, les voyageurs volant avec EasyJet ne pouvaient emporter qu’un seul bagage en cabine, placés dans un compartiment au-dessus de leur tête et sans surcoût.

Une politique similaire à celle de Ryanair

Mais à partir du 10 février, ils pourront emporter deux bagages, gratuitement pour le petit bagage à main à placer sous le siège devant eux mais en payant un supplément minimum de 10,49 euros pour le plus grand, selon un communiqué. Pour pouvoir bénéficier de cette option, il faudra réserver un siège à l’avant de la cabine ou un siège offrant de l’espace pour les jambes, précise EasyJet.

Les passagers auront en outre toujours la possibilité d’enregistrer un bagage en soute. La compagnie assure qu’elle ne s’aligne pas sur la compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair, qui dispose pourtant d’une politique similaire. Chez Ryanair, les passagers doivent payer pour pouvoir emporter une petite valise dans ses avions. Ils ne peuvent emmener gratuitement qu’un petit sac, comme un sac à main ou un petit sac à dos pouvant être placé sous le siège.

Une décision prise avant la crise sanitaire

EasyJet affirme également que cette décision n’est pas liée à la pandémie et était envisagée déjà avant la crise sanitaire, qui a porté un coup très dur au trafic aérien. La compagnie explique que cette nouvelle politique en matière de bagages facilitera l’embarquement et améliorera la ponctualité des vols. Elle pourrait toutefois apporter un complément de revenus précieux au moment où le nombre de passagers transportés est bien inférieur à la normale.

EasyJet a subi lors de l’exercice 2019-2020 (achevé en septembre) la première perte annuelle de son histoire. La compagnie prévoit de ne voler qu’à 20 % de ses capacités entre octobre et décembre. Pour survivre à cette crise, EasyJet a renforcé considérablement sa trésorerie ces derniers mois via des ventes d’avions, une augmentation de capital et un prêt des pouvoirs publics au Royaume-Uni.