C’est l’heure du BIM : Darmanin soutient Lallement, sauvetage sur le Vendée Globe et la mort de Fiona au tribunal

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

Manifestation contre la loi « Sécurité globale », à Paris le 28 novembre 2020.
Manifestation contre la loi « Sécurité globale », à Paris le 28 novembre 2020. — Francois Mori/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

« Pas de divorce entre la police et sa population », selon Darmanin

Auditionné lundi par la commission des lois de l’Assemblée nationale, après une série de violences policières, Gérald Darmanin s’est montré très clair dans son constat : « Je ne partage pas le fait qu’il y ait un divorce entre la police et sa population ». Logiquement, le ministre de l’Intérieur a donc redit son soutien à Didier Lallement. Le préfet de police de Paris a même eu le droit à un hommage appuyé de son ministre de tutelle : « c’est un fonctionnaire travailleur, qui ne m’a jamais menti, qui dirige l’un des postes les plus difficiles de France (…) et j’ai constaté depuis que je suis en poste qu’il ne faillit pas à ses fonctions ». Devant les députés, Gérald Darmanin en a tout de même profité pour énumérer les « sept péchés capitaux » qui pèsent sur les forces de l’ordre.

Kevin Escoffier secouru par Jean Le Cam sur le Vendée Globe

Kevin Escoffier est sain et sauf. Le navigateur du Vendée Globe a passé des heures sur son radeau de survie, après avoir signalé une importante voie d'eau sur son bateau, à attendre du secours. C’est le navigateur Jean Le Cam qui lui a porté assistance, après s’être dérouté dans la nuit de lundi à mardi. Trois autres skippers étaient partis lundi à la recherche d’Escoffier : Yannick Bestaven (Maître Coq), Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) et Sébastien Simon (Arkéa Paprec). Le Cam a finalement été le premier à avoir rejoint la zone d’émission de la balise de détresse d’Escoffier, deux heures après l’alerte.

La mort de Fiona sera-t-elle élucidée lors du procès qui s’ouvre mardi ?

Sept ans après sa disparition, le corps de la petite Fiona n’a toujours pas été retrouvé. Le procès en appel qui s’ouvre ce mardi devant la cour d’assises du Rhône, permettra peut-être d’apporter des réponses. Mais le doute est permis car jusque-là, les langues des deux principaux accusés ne se sont jamais vraiment déliées. Sinon pour s’accuser mutuellement. Cécile Bourgeon, la mère de l’enfant, et son ancien compagnon Berkane Makhlouf vont donc à nouveau se retrouver devant les jurés. Pour la quatrième fois.