Perpignan : L'évacuation d'un homme obèse bloqué chez lui est prévue ce mardi

OBESITE Une opération doit permettre de le transporter vers l'hôpital de Montpellier

Nicolas Bonzom

— 

Alain est bloqué chez lui depuis plus d'un an
Alain est bloqué chez lui depuis plus d'un an — Alain ROBERT/SIPA
  • Ce mardi se déroulera l’évacuation d’Alain P., un homme obèse d’une cinquantaine d’années, bloqué chez lui depuis plus d’un an, à Perpignan.
  • Cette opération, complexe, permettra de le transporter vers le CHU de Montpellier.
  • Il y a quelques semaines, son avocat avait déposé plainte.

Ce mardi, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), une grue viendra délivrer Alain P. de l’enfer qu’il vit depuis plus d’un an. Une opération inédite va permettre d’évacuer vers l’hôpital de Montpellier (Hérault) cet homme de près de 300 kg, bloqué chez lui, dans un appartement insalubre. Une chute l’a immobilisé au sol. Depuis, ce quinquagénaire ne peut plus bouger, et ce sont ses proches qui s’occupent de lui.

Lundi, l’opération a débuté « par des travaux préparatoires techniques et logistiques sur le bâtiment », ont indiqué les services de la préfecture des Pyrénées-Orientales, qui précisent qu’un périmètre de sécurité a été mis en place dans le quartier.

Une partie de la façade va être enlevée

L’évacuation du quinquagénaire, prévue, puis reportée, cet été, est « complexe et délicate », avait confié le 16 novembre à 20 Minutes Joël Pérez, le directeur de cabinet adjoint de la préfecture. Impossible de le transporter par les escaliers, c’est une grue qui va prendre en charge Alain P., « en position semi-allongée ».

« L’immeuble va être renforcé, par des pieds métalliques, au rez-de-chaussée et au premier étage, expliquait alors son avocat, Jean Codognès. Une partie de la façade va être enlevée, pour le faire glisser, dans un conteneur, placé dans le prolongement de la pièce dans laquelle il se trouve. C’est une grue qui fera ensuite descendre le conteneur dans la rue. » L’opération va mobiliser des sapeurs-pompiers, des infirmiers, des policiers municipaux ainsi que des ouvriers pour manœuvrer la grue de levage.

Une plainte

Le 22 octobre, tandis qu’il remuait ciel et terre depuis plus d’un an pour que l’Etat évacue Alain P. vers un hôpital, son avocat, Jean Codognès, avait écrit à Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, pour réclamer que l’on se penche sur le sort de cet homme. Une plainte pour « non-assistance à personne en danger » et « omission de porter secours à personne en péril », à laquelle s’était associée la Ligue contre l’obésité, avait suivi.

Un médecin, début novembre, avait décrit son état de « péril imminent ». Selon la Ligue contre l’obésité, ce docteur avait observé que son obésité « ne cesse d’augmenter depuis plus d’un an […]. Le patient est assis par terre depuis cette date […]. Il a des escarres, des surinfections de plis et des troubles trophiques graves ». Le médecin avait aussi pointé « une insuffisance respiratoire restrictive avec saturation à 87 % ».