Producteur tabassé à Paris : « Ces pommes pourries doivent répondre de leurs actes », réclame Tony Yoka

REACTION Le producteur Michel Zecler a été violemment pris à partie par trois policiers dans le 17e arrondissement de Paris samedi dernier. Le boxeur a réagi, vendredi soir, après sa victoire contre l’Allemand Christian Hammer

David Phelippeau

— 

Tony Yoka.
Tony Yoka. — Loic VENANCE / AFP

« Quand on voit des images comme ça, on a envie de sortir de ses gonds, surtout moi, je n’ai pas ma langue dans ma poche… » Après sa victoire (neuvième d’affilée dans sa conquête du titre mondial des poids lourds) aux points, vendredi soir, à Nantes, contre l’Allemand Hammer, le boxeur Tony Yoka​ a été invité à réagir au tabassage d’un producteur de musique à Paris par des policiers,survenu samedi dernier, dans le 17e arrondissement de Paris.

« Ne pas faire d’amalgame »

« Je suis contre toutes les formes d’injustice, a d’abord indiqué le champion olympique 2016. Maintenant, il faut prendre du recul et ne pas faire d’amalgame. Je n’ai pas envie de dire que la police est raciste non plus car je connais énormément de policiers et ils sont très bons. Ce n’est pas parce qu’il y a quelques pommes pourries qu’il faut accabler la police, mais ceux-là, il faut les mettre en prison et qu’ils répondent de leurs actes ! » Avant de conclure : « Gros big up à Michel [Zecler] et force à lui ! »