Les scooters électriques autorisés à emprunter les voies de bus

DEPLACEMENTS Les scooters électriques pourraient désormais circuler sur les voies réservées aux bus et taxis pour éviter le trafic

20 Minutes avec AFP

— 

Les scooters électriques autorisés à emprunter les voies de bus (Illustration
Les scooters électriques autorisés à emprunter les voies de bus (Illustration — DIRA

Une voie pour les bus, mais aussi les taxis et bientôt les scooters électriques ? Le site  Service public a indiqué, vendredi, que ces derniers pourraient désormais circuler sur les voies réservées aux bus, afin d’éviter le trafic. Il revient alors aux autorités locales d’autoriser l’accès à ces voies au cas par cas, selon la loi d’orientation des mobilités votée fin 2019.

Cette disposition s’appliquait déjà aux voitures et aux camionnettes électriques (de moins de 3,5 tonnes) : elle est désormais étendue aux deux-roues, trois roues et quadricycles (quads, voiturettes) à moteur électrique, à hydrogène ou à air comprimé.

Des conditions de circulation « privilégiées »

Selon un décret paru au Journal officiel le 20 novembre, modifiant le Code de l’environnement, ceux-ci sont désormais considérés comme des « véhicules à très faibles émissions » (VTFE) et « peuvent notamment bénéficier de conditions de circulation et de stationnement privilégiées ».

Munis de la vignette « Crit’air », ces véhicules pourraient désormais circuler « sur les voies réservées à la circulation des véhicules de transport en commun, des taxis et des véhicules de covoiturage », précise le site. L’accès aux voies réservées est considéré par les soutiens de la mobilité électrique comme un accélérateur de taille pour convaincre les urbains de s’y convertir, accompagné de mesures fiscales ou du parking gratuit.

Oslo comme exemple

Les villes hésitent. L’accès des voitures électriques aux voies de bus d’Oslo, capitale de la Norvège, est souvent cité en exemple, le pays étant devenu un leader mondial en la matière. La mesure a également été adoptée sur certaines voies de bus de Dortmund ou Düsseldorf, en Allemagne.

L’opérateur de deux-roues en libre-service Cityscoot la demande à Paris, se basant sur une étude publiée 2020 qui recommande une expérimentation sur certaines voies.

A Londres, le réseau de transports publics s’est opposé à l’arrivée des voitures électriques sur ses voies, craignant un ralentissement des bus. Les deux-roues motorisés sont cependant bienvenus sur certaines voies réservées. Genève a testé l’ouverture de ces voies aux motocyclistes et s’y est finalement opposée après avoir constaté trop d’excès de vitesse et un ralentissement des bus.