C’est l’heure du BIM : Naples pleure Maradona, explication de texte de Castex et l’OM dit bye-bye à la C1

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

Maradona portant les couleurs de Naples, le 15 juin 1990.
Maradona portant les couleurs de Naples, le 15 juin 1990. — ACTION PLUS//SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

« Maradona rendu possible l’impossible », Naples ou la passion pour Diego

Si sur le plan national son équipe était l’Argentine, c’est à Naples que Maradona, décédé mercredi, a écrit sa légende en club. Pour les supporters, l’image impérissable d’un dieu éternel demeure.

27 ans après son dernier match à Naples, on continue de vendre l’ancien maillot floqué du numéro 10 pour cinq balles. 20 Minutes revient pour vous sur l’épopée napolitaine de celui dont le nom sera à jamais lié à la ville.

Jean Castex va expliquer ce jeudi les annonces d’Emmanuel Macron

Le Premier ministre va tenir ce jeudi à 11 heures une conférence de presse. L’objectif pour Jean Castex est de détailler les annonces de mardi d’Emmanuel Macron sur l’allégement du confinement. Lors de sa prise de parole, il sera entouré de cinq membres du gouvernement, dont Olivier Véran (Santé), Bruno Le Maire (Economie) et Roselyne Bachelot (Culture). Le Premier ministre devrait notamment en profiter pour clarifier la situation pour le sport amateur.

La défaite du record pour Marseille, éliminé de la Ligue des champions

Les matchs se suivent et se ressemblent pour l’OM. L’Olympique de Marseille s’est une nouvelle fois incliné 2-0 contre le FC Porto, mercredi pour la quatrième journée de Ligue des champions. Si cette défaite sonne l’élimination de l’OM dans la compétition, elle vient encore un peu plus assombrir le tableau des Marseillais en Europe. Avec 4 défaites en 4 matchs, aucun but inscrit et neufs encaissés, l’Olympique de Marseille est la pire équipe de Ligue des champions. « On a touché le fond. On l’avait déjà touché à Porto mais cette fois on a tout donné, il y avait de la motivation. C’était un match équilibré en première période, mais on a encore eu beaucoup de malchance. Comme tout le temps », a expliqué André Villas Boas en conférence de presse, les yeux dans le vide. Et ce n’est pas la première fois qu’il évoque la malchance pour expliquer les résultats catastrophiques de l’OM en Ligue des champions.