Confinement : « Impossible » d’ouvrir les stations de ski pour les fêtes, annonce Emmanuel Macron

CORONAVIRUS Pour le président de la République, il est « préférable de privilégier une réouverture courant janvier dans de bonnes conditions »

20 Minutes avec AFP

— 

Snowboard dans les Hautes-Pyrénées en 2018 (photo d'illustration)
Snowboard dans les Hautes-Pyrénées en 2018 (photo d'illustration) — Gonzalo Azumendi / VWPics/SIPA

Emmanuel Macron a jugé « impossible » ce mardi l’ouverture des stations de sports d'hiver avant les fêtes de fin d'année en raison des risques sanitaires liés à l’épidémie de coronavirus. « Les décisions seront finalisées très prochainement », a dit le président de la République lors de son allocution, au cours de laquelle il a annoncé un allégement du confinement à compter du samedi 28 novembre 2020.

Le chef de l’Etat estime qu’il est « préférable de privilégier une réouverture des pistes de ski courant janvier dans de bonnes conditions ». « Nous nous coordonnerons sur ce point avec nos voisins européens », a-t-il ajouté.

L’Italie et l’Allemagne contre la réouverture, l’Autriche hésite

Une « coordination européenne est menée à l’initiative de la France », avaient indiqué lundi les services du Premier ministre, promettant une décision sur l’ouverture d’ici à Noël « dans les 10 prochains jours ». Pour l’heure, certains pays comme l’Italie et l’Allemagne penchent pour que les stations de sports d’hiver restent fermées, tandis que d’autres, comme l’Autriche, hésitent.

Lundi, le département de Haute-Savoie présentait le taux d’incidence le plus élevé de France (485,4 pour 100.000 habitants), juste devant la Savoie voisine (385,9) et l’Isère (365,2). Cela fait craindre aux autorités que les hôpitaux déjà engorgés par les malades du Covid-19 ne puissent pas accueillir les accidentés du ski.

« On souhaite ardemment une ouverture mais pas au détriment de la santé publique », avait déclaré Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM).

Un protocole sanitaire est peaufiné depuis des semaines sous l’égide du préfet de la Savoie en cas de réouverture des stations, un enjeu crucial pour le secteur de l’or blanc – 350 stations en France, 10 milliards d’euros de retombées économiques, 120.000 emplois saisonniers – qui réalise 13,5 % de sa fréquentation lors de l’avant-saison et 13 % environ à Noël.