Confinement : Reprise des offices dans les lieux de culte samedi « dans la limite de 30 personnes »

RELIGION Emmanuel Macron en a fait l'annonce dans son allocution mardi soir

20 Minutes avec AFP

— 

Confinement: Reprise des offices dans les lieux de culte samedi "dans la limite de 30 personnes" (Archives)
Confinement: Reprise des offices dans les lieux de culte samedi "dans la limite de 30 personnes" (Archives) — VINCENT WARTNER / 20 Minutes

Les fidèles le réclamaient depuis plusieurs jours. Lundi soir, on apprenait qu’un accord avait été trouvé sur un protocole sanitaire permettant la tenue de cérémonies religieuses en public.

Eh bien, c’est désormais officiel : les offices dans les lieux de culte seront à nouveau permis à partir de samedi. A condition de respecter « la stricte limite de trente personnes », a annoncé mardi Emmanuel Macron lors d’une allocution télévisée.

C’est l’une des annonces du président de la République, qui a fixé de nouvelles règles de confinement pour les semaines à venir. Et la mesure a « déçu » les évêques catholiques.

Une mesure jugée « irréaliste », « inapplicable »

La Conférence des évêques de France (CEF, catholiques) s’est dite « déçue et surprise » par la jauge maximale de 30 personnes annoncée par le chef de l’Etat, rappelant qu’elle avait proposé aux autorités « une occupation partielle de l’église au tiers de la capacité habituelle ».

Dans un communiqué, elle a annoncé que « dès ce (mardi) soir (…) Eric de Moulins-Beaufort, président de la CEF, a interpellé le président de la République pour demander que soit révisée cette mesure » jugée « irréaliste », « inapplicable » et « irrespectueuse de la réalité de la pratique religieuse des catholiques ».

« La période de l’Avent qui s’ouvre devant nous est un temps fondamental de préparation à Noël. Le rassemblement dominical constitue une étape essentielle pour les fidèles durant cette période », fait valoir la CEF.

« En s’obstinant à refuser la prise en compte de la taille des églises et de la situation épidémique propre à chaque territoire, Emmanuel Macron maintient en otage la liberté de culte », a pour sa part regretté le collectif « Pour la messe », qui a initié une pétition pour réclamer la levée de la suspension des offices pendant le reconfinement.