« Je suis maltraitante », assure une sage-femme qui lance un appel sur ses conditions de travail

MATERNITES Chaque jour, « 20 Minutes » vous conseille une vidéo réalisée par son partenaire Brut

Bérénice Dubuc

— 

Illustration: Une femme et son bébé.
Illustration: Une femme et son bébé. — Luis ROBAYO / AFP

« Une femme = une sage-femme ». C’est l’équation toute simple qu’Anna Roy, sage-femme depuis dix ans, souhaite que la France mette en œuvre.

Après avoir réalisé que ses conditions de travail la rendaient « maltraitante » vis-à-vis de ses patientes, elle a lancé cet appel au président de la République et au gouvernement, pour que les maternités, les professionnels de santé ainsi que les familles qui y sont suivies ne soient plus « exsangues ».

Pétition mise en ligne

Elle a également lancé les hashtags #Jesuismaltraitante #Jesuismaltraitant #Noussommesmaltraitees sur les réseaux sociaux pour recueillir des témoignages de soignants et de patientes, et mis en ligne une pétition avec quatre autres femmes, pour que, dans les maternités françaises, sur le modèle de ce qui se fait chez nos voisins anglais ou finlandais, chaque sage-femme n’ait à s’occuper que d’une seule femme qui accouche.

Elle l’explique à notre partenaire, Brut :