Coronavirus : Vers un « troisième confinement » ? Cette « note d’information » n’a pas fuité du ministère de l’Intérieur

FAKE OFF Un document présenté comme une « note d’information » de la direction générale de la société civile évoque un « troisième confinement » en mars 2021, suivi d’une campagne de vaccination massive. Il alerte sur le risque de « climat contestataire » dans l’Hexagone.

Tom Hollmann

— 

Une boutique de bijoux, fermée pour cause de confinement, le 18 novembre 2020, à Marseille.
Une boutique de bijoux, fermée pour cause de confinement, le 18 novembre 2020, à Marseille. — LOUAI-BARAKAT/SIPA
  • Plusieurs publications virales sur les réseaux sociaux font circuler un document se présentant comme une « note d’information » de la direction générale de la sécurité civile du ministère de l’Intérieur.
  • Le docuement prétend que le gouvernement aurait planifié un « troisième confinement » en mars 2021, suivi d’une campagne massive de vaccination.
  • Le ministère de l’Intérieur dénonce un faux document.

EDIT du 24 novembre à 12h50 : Un internaute a annoncé, dans une vidéo YouTube publiée le 23 novembre, qu’il avait créé ce document de toutes pièces pour analyser sa diffusion sur les réseaux sociaux.

Une « note d’information » attribuée à la direction générale de la société civile du ministère de l’Intérieur circule de manière particulièrement virale sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Présentée comme un « document original » et datée du 10 novembre dernier, la lettre prétend dévoiler des informations sensibles sur la date d’un troisième confinement pour lutter contre l’épidémie de  coronavirus, et sur la campagne de vaccination qui suivrait.

« Le Conseil de Défense ayant statué pour un troisième confinement au 12/03/2021, un climat contestataire ne saurait être admis avant le déconfinement du printemps 2021, sans quoi la campagne de vaccination massive ne pourra susciter un consentement populaire », est-il possible de lire sur le document.

Ce document présenté comme une note d'information de la direction générale de la sécurité civile prétend que le ministère de l'intérieur connaît les dates d'un troisième confinement et anticipe une campagne de vaccination massive.
Ce document présenté comme une note d'information de la direction générale de la sécurité civile prétend que le ministère de l'intérieur connaît les dates d'un troisième confinement et anticipe une campagne de vaccination massive. - Tom Hollmann

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, le ministère de l’Intérieur indique que le document est un faux. La direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises  précise à l’AFPque la note « ne correspond pas à la charte graphique des documents de la sécurité civile », et que « les thématiques abordées ne sont pas du ressort de la direction générale de la sécurité civile ». Cette dernière est chargée de coordonner les acteurs du secours aux populations, en premier lieu les sapeurs-pompiers.

Cette « note d’information » a été créée de toutes pièces par un internaute « lassé de voir circuler des [fausse informations] et des documents bidons sur les réseaux sociaux et sur internet en général ». Dans une vidéo postée sur Youtube​, cet utilisateur anonyme détaille son « expérience » et conseille : « Un document non sourcé n’est une preuve de rien. »

Pour l’heure, une seule certitude persiste par rapport au confinement annoncé par Emmanuel Macron le 28 octobre dernier et qui devait durer, au minimum, jusqu’au 1er décembre prochain. Après cette échéance, le Premier ministre, Jean Castex, a évoqué un « déconfinement progressif » avec « des dispositions de freinage » de l’épidémie qui perdureront. Il réunira à ce sujet les chefs de partis et des groupes politiques à l’Assemblée et au Sénat vendredi.

Vers une campagne de vaccination

Pour ce qui concerne une éventuelle campagne de vaccination, alors que plusieurs laboratoires ont annoncé la mise au point d'un vaccin contre le Covid-19 efficace à plus de 90%, le gouvernement se tient prêt, comme l’a indiqué mardi Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, sur le plateau de France 2. La France a déjà signé cinq contrats auprès de différents laboratoires et devrait finaliser un sixième accord avec Moderna dans les prochains jours. « Nous avons mis de côté 1,5 milliard d’euros pour 2021 afin d’acheter une première série de vaccins », a souligné le porte-parole du gouvernement.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s’est voulu rassurant sur l’efficacité des futurs vaccins au micro de BFMTV mardi : « Le jour où j’aurais un arrêté à signer avec une autorisation d’une agence de santé qui me dit : 'Vous pouvez proposer le vaccin à la France et aux Français', c’est que je serai non seulement en état de me vacciner mais également de vacciner mes parents et mes enfants, s’il répond aux indications. »