Gironde : La Ferme médicale autorisée à écouler son « cannabis bien-être » en France

LEGISLATION La Cour de justice de l’Union européenne, a jugé illégale ce jeudi l’interdiction en France de la commercialisation du cannabidiol (CBD), ce qui va permettre aux huiles issues de la production de La Ferme médicale en Gironde de se vendre sur le territoire national

Mickaël Bosredon

— 

La ferme médicale exploite le premier champ de cannabis sans THC de Gironde
La ferme médicale exploite le premier champ de cannabis sans THC de Gironde — La ferme médicale
  • La Cour de justice de l’Union européenne souligne que la molécule CBD présente dans le cannabis, n’a « pas d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine ».
  • Deux jeunes Bordelais avaient lancé il y a quelques mois La Ferme médicale, un champ de cannabis bien-être dans le sud Gironde, en vue de commercialiser des produits à base de CBD.
  • Leurs huiles et pommade devraient donc très bientôt pouvoir se vendre en pharmacie.

Raphaël De Pablo et Pierre Morel sont inondés d’appels en ce jeudi matin. La Cour de justice de l’Union européenne a en effet jugé illégale ce jeudi, l’interdiction en France de la commercialisation du cannabidiol (CBD), soulignant que cette molécule présente dans le chanvre (ou cannabis sativa) n’a « pas d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine ».

Or, ces deux Bordelais font précisément partie des très rares cultivateurs à avoir pris le risque de s’être lancés en France dans la culture de cannabis bien-être, l’appellation pour ce type de culture visant à commercialiser des produits à base de CBD. Ils avaient démarré une exploitation en décembre 2019 sur 1,4 hectare dans le sud du département, et venaient d’achever leur toute première récolte, en septembre dernier. Après cette phase expérimentale, l’objectif est de passer à 11,4 hectares l’an prochain.

Deux ans au Canada à « étudier de près le cannabis thérapeutique »

Sans cette décision de la Cour européenne, ils auraient dû écouler les produits issus de leur production ailleurs qu’en France. Cet arrêt devrait d'ailleurs priver de base légale de nombreux procès en France, puisque certains produits au CBD se vendaient malgré l'interdiction, et ouvrir de nouvelles perspectives à l'industrie française du chanvre. « Nous avons pas mal de pharmaciens qui nous contactent pour se renseigner pour la commercialisation, se réjouit raphaël De Pablo. Surtout, on peut supposer que cette décision va décider pas mal de concurrents à se lancer en 2021, nous, nous avons pris un peu d'avance sur eux. »

A ce jour, il n’existe que trois champs du même type en France, dont deux en Nouvelle-Aquitaine, l’autre se situant dans la Creuse. Les deux Bordelais bossent leur projet, appelé La Ferme médicale, depuis trois ans. Raphaël De Pablo a notamment passé deux ans au Canada où, il a « étudié de près le cannabis thérapeutique. »

300 kg de fleurs lors de la première récolte en septembre

La différence entre leur culture, et un champ de chanvre traditionnel, se situe dans le type de plante exploitée. « Il existe un catalogue officiel des semences autorisées sur le chanvre, explique Raphaël De Pablo, en France il y a 25 variétés, mais une seule nous permet de faire ce qu’on fait aujourd’hui. » Pour résumer, les deux agriculteurs retirent au fur et à mesure qu’ils poussent les plants mâles, pour ne garder que les femelles, qui donnent la fleur, contrairement aux chanvriers traditionnels qui travaillent avec les graines et la fibre. « Nous on ne veut aucune graine sur notre exploitation ce qui nous permet d’avoir un taux de CBD plus important, c’est très différent. » En septembre, ils ont ainsi pu récolter 300 kg de fleurs.

La culture est ensuite emmenée dans un laboratoire d’extraction certifié bio en Allemagne, pour extraire la molécule CBD ainsi que les autres molécules. « Cela donne un concentré de molécule CBD. » A l’arrivée, La Ferme médicale proposera de l’huile, et de la pommade à partir de 2021, « qui s’appliquera sur les inflammations et les irritations. »

«Des produits pour améliorer le sommeil, soulager des douleurs»

« Anticipant un peu la décision de la Cour européenne, nous avons déjà démarré la commercialisation des produits sur KissKissBankBank, qui se termine le 3 décembre, puis notre site Internet prendra le relais, et nous avons une dizaine de pharmacies intéressées. En règle générale, ce sont des produits qui servent à réduire l’anxiété, améliorer le sommeil ou soulager des douleurs. Mais nous ne sommes pas encore dans le cadre du cannabis thérapeutique. »

L’autre enjeu pour les deux jeunes agriculteurs sera également de sécuriser le site, qui a fait l’objet fin septembre d'un vol de plusieurs centaines de pieds. Les six suspects avaient été interpellés dès le lendemain. Des agents de sécurité seront employés pour protéger la culture.