Coronavirus : « Le confinement a un effet de loupe sur les problèmes des jeunes »

REPORTAGE « 20 Minutes » s’est rendu dans les locaux de la plateforme du fil santé jeunes, qui reçoit les appels et les messages écrits de jeunes, confrontés à une difficulté psychologique ou à un problème de santé

Delphine Bancaud

— 

Un écoutant du fil santé jeunes, le 18/11/20. Lancer le diaporama
Un écoutant du fil santé jeunes, le 18/11/20. — D.Bancaud/20minutes
  • L’activité du fil santé jeunes, une plateforme téléphonique* et un site qui viennent en soutien des 12-25 ans, a bondi depuis le début de la crise sanitaire.
  • Les jeunes y confient leur peur de l’avenir, leurs soucis financiers, leur sentiment de solitude, leurs troubles alimentaires…
  • « 20 Minutes » a pu rencontrer les écoutants qui y travaillent, tout comme le ministre de la Santé et le secrétaire d’Etat charge de l’Enfance et de la Famille en visite sur place.

« Allô, bonjour, que puis-je faire pour vous aider ? », interroge François, écoutant du fil santé jeunes, une plateforme téléphonique* et un site qui viennent en soutien des 12-25 ans. Un service existant depuis trente-cinq ans et qui est multicanal pour permettre aux jeunes de trouver le moyen le plus confortable pour eux de se confier, que ce soit à l’oral ou à l’écrit.

Lors de ce deuxième confinement, les appels et les messages de jeunes affluent. « Certains ressentent un mal-être. Beaucoup d’appels proviennent d’étudiants qui n’ont plus de cours en présentiel et souffrent de l’isolement », constate Adrien Taquet, le secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles en visite ce mardi dans les locaux de la plateforme, avec le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« On reçoit 140 appels par jour »

Depuis le début de la crise sanitaire, les 30 écoutants qui travaillent pour le fIl santé jeunes ne chôment pas. « On reçoit 140 appels par jour. Ils arrivent souvent le soir, après les cours, au moment où les jeunes peuvent se poser », indique Mirentxu Bacquerie, directrice générale du fil santé jeunes. « En avril, les messages sur le forum ont triplé par rapport au mois précédent. Et entre juin et août, 2.871 tchats ont été réalisés contre 2.344 sur la même période l’année d’avant. Car avec les deux confinements et les effets de la crise sanitaire, les angoisses des jeunes sortent », observe Anna, la coordinatrice du site santé jeunes.

Des écoutantes du fil santé jeunes, le 18/11/2020 à Paris.
Des écoutantes du fil santé jeunes, le 18/11/2020 à Paris. - D.Bancaud/20minutes

« L’isolement fait émerger des angoisses qui étaient enfouies. Le confinement a un effet de loupe sur les problèmes. Car les jeunes ont plus le temps d’y penser. Et certains présentent un état dépressif. Je viens d’avoir au téléphone une étudiante qui me confiait son incapacité à travailler, sa difficulté à se projeter dans un avenir meilleur. Et lors de ce deuxième confinement, davantage de jeunes évoquent des difficultés financières », indique François, qui a une formation de psychologue.

« Nous voulons éviter une troisième vague, qui serait une vague de la santé mentale »

Au bureau d’à côté, Lise, prête aussi son oreille à ceux qui ressentent de la détresse : « La vie sociale quasi inexistante est très difficile à vivre à cet âge-là. Je recueille aussi plus souvent que d’habitude des témoignages de jeunes femmes qui évoquent leurs troubles du comportement alimentaires ». Mais les jeunes parlent aussi de leurs histoires d’amour, de la contraception, de leur peur du terrorisme… Et la parole se libère d’autant plus vite que chacun garde son anonymat.

Reste que tous les jeunes qui vont mal n’appellent pas. « La moyenne d’âge qui ceux qui nous sollicitent est de 19 ans. Les collégiens sont encore trop peu nombreux à nous contacter », observe Pierre-Olivier Dufaix, chef du service téléphonie. « Et pourtant il est fondamental de chercher de l’aide quand on en a besoin. Aucun jeune ne doit se sentir seul. Nous voulons éviter une troisième vague, qui serait une vague de la santé mentale pour les jeunes et pour les moins jeunes », insiste Olivier Veran.

*La ligne d’écoute fil santé jeunes reçoit les appels de 9 heures à 23 heures, au 0 800 235 236 (anonyme et gratuit).

Le site filsantejeunes.com permet de poser des questions, dialoguer avec d'autres jeunes via un forum ou de tchater avec un adulte écoutant.