Cannabis : Plus de 20.000 amendes forfaitaires dressées contre les consommateurs de drogue

TRAFIC Testé dans cinq territoires français depuis juin, le dispositif a été généralisé en France le 1er septembre

Camille Allain

— 

Illustration de résine de cannabis saisie par un policier. Ici à Rennes, en juin 2020.
Illustration de résine de cannabis saisie par un policier. Ici à Rennes, en juin 2020. — C. Allain / 20 Minutes
  • En vigueur depuis le 1er septembre dans toute la France, l’amende forfaitaire délictuelle sanctionne les consommateurs de drogue de 150 à 450 euros d’amende.
  • En deux mois et demi, plus de 20.000 amendes ont été dressées, a-t-on appris auprès du procureur de la République de Rennes.
  • Le dispositif vise à faire diminuer la consommation et le trafic de drogue en France, en s’attaquant à la demande.

En vigueur dans toute la France depuis le 1er septembre, l’amende forfaitaire délictuelle (AFD) fait désormais partie de l’arsenal des forces de l’ordre pour lutter contre la consommation de stupéfiants. En deux mois et demi, 20.143 amendes ont été dressées sur l’ensemble du territoire, a fait savoir le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc ce mercredi. Comme pour les radars automatiques, c’est au centre national de traitement (CNT) installé dans la capitale bretonne que les amendes sont gérées. Rennes avait d’ailleurs été retenue comme ville pilote dès le mois de juin pour tester ce nouveau dispositif, comme Reims (Marne), Créteil et Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne).

Cette amende de 200 euros, mais dont le montant peut varier de 150 à 450 euros, vise les personnes interpellées en possession de drogue comme le cannabis, la cocaïne, l’ecstasy et la MDMA. Son objectif affiché est de faire baisser la consommation, de cannabis notamment. On estime à 1,2 million le nombre de Français accros au cannabis, et à quatre millions le nombre d’usagers occasionnels, soit 80 % de la consommation de drogue en métropole.

« La lutte contre le trafic passe par la responsabilisation des consommateurs »

Parfois critiquée, l’amende forfaitaire « monte en puissance » selon le procureur de la République, qui estime que « la lutte contre le trafic de stupéfiants passe par la responsabilisation des consommateurs ». « Nous continuerons à responsabiliser les usagers, sans quoi, il est compliqué d’avoir des résultats probants sur les trafics », poursuit Philippe Astruc.

Face aux critiques qui estiment que l’amende « ne s’attaque pas au nœud du problème », les policiers jugent le dispositif efficace. « S’il n’y avait pas de demande, il n’y aurait pas de trafic, avance François Angelini, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) d’Ille-et-Vilaine. Les consommateurs nous permettent de remonter les filières. »

Mardi matin, 120 policiers ont été réquisitionnés pour interpeller 16 personnes suspectées d’être impliquées dans un important trafic de stupéfiants à Rennes et Saint-Malo. Huit kilos de cannabis, 2,2 kg de cocaïne, 700 grammes d’héroïne et surtout 75.000 euros en liquide ont été découverts lors des perquisitions.