Lille : Le palais de justice est-il vraiment le bâtiment le plus laid de la ville ?

ARCHIMOCHE? « 20 Minutes » s’intéresse aux bâtiments qui ne laissent pas indifférents. Certains les qualifient de « laids », d’autres apprécient leur architecture. A Lille, on a choisi de vous parler du palais de justice

Francois Launay

— 

Les bâtiments qui ne laissent pas indifférents les Lillois — 20 Minutes
  • Dans le paysage, on ne voit que ces bâtiments. Massif, trop haut, pas harmonieux, raté, etc. sont les adjectifs qui reviennent pour évoquer ces constructions qui au final sont devenues des emblèmes de nos villes. La tour Eiffel est l’un des exemples les plus manifestes. Dans la série Archimoche ?20 Minutes s’intéresse aux bâtiments qui ne laissent pas indifférents, qui détonnent voire que certains qualifient de « laids ».
  • A Lille, c’est le palais de justice qui déplaît le plus à nos lecteurs.
  • Considéré comme anachronique dans le quartier pittoresque du Vieux-Lille, le bâtiment, qui date des années 1960, pourrait bientôt avoir une autre vie.

« Une verrue », « du gris, du gris et du gris », « J’espère que l’architecte a fini en prison ». Quand on a demandé aux abonnés de la page Facebook de 20 Minutes Lille quel était le bâtiment le plus moche de Lille, une grande partie nous a répondu sans hésiter : le palais de justice. Pour beaucoup de gens, cette tour grise de douze étages et de cinquante mètres de haut dénote clairement dans l’architecture traditionnelle du quartier du Vieux-Lille.

Construit en 1963 pour remplacer le vieux palais de justice classique, le tribunal de grande instance de Lille est l’œuvre de Jean Willerval, un architecte nordiste qui n’a pas que des détracteurs dans la capitale des Flandres. « Il a commis quelques crimes architecturaux comme le carreau des Halles à Paris. Ce n’était pas sa plus belle réussite. Mais il a aussi fait des belles choses comme le musée d’art contemporain de Dunkerque qui est un bâtiment sublime », nuance l’architecte lillois Mathieu Stekelorom.

Un palais de justice « brutaliste »

Pour ce palais de justice, Jean Willerval a misé sur une architecture dite « brutaliste », un style monumental très béton et très à la mode dans les années 1960. « Le bâtiment est composé d’un ensemble socle/bloc. Le socle, c’est l’emprise bâtie qui est plutôt cohérente dans son intégration au quartier. Mais ce qui pose le plus problème, c’est la tour construite sur ce socle. C’est une énorme émergence dans un quartier assez bas. Mais c’est aussi une architecture qui a été faite pour être voyante. Et pour exprimer la puissance de la justice, ce qui est plutôt réussi de ce côté-là », poursuit l’architecte lillois.

Le tribunal de grande instance de Lille a été contruit en 1963 dans le quartier du Vieux-Lille
Le tribunal de grande instance de Lille a été contruit en 1963 dans le quartier du Vieux-Lille - Francois Launay / 20 Minutes

Mais depuis la construction du tribunal, tout a changé, les modes comme le paysage. Insalubre dans les années 1960 et quasiment voué à disparaître, le quartier du Vieux-Lille, entièrement réhabilité, est devenu entre-temps la vitrine touristique de la capitale des Flandres.

Une réhabilitation probable du bâtiment dans les années qui viennent

Au point que certains voudraient désormais ne plus voir cette tour qui dénote dans le paysage. Un vœu qui pourrait être exaucé. Car le tribunal doit déménager d’ici quelques années dans un bâtiment flambant neuf à quelques centaines de mètres de là. Vidée de ses magistrats et avocats, la tour pourrait être abattue ou alors être totalement réhabilitée. Une deuxième option que privilégie Mathieu Stekelorom.

Le tribunal de grande instance de Lille a été contruit en 1963 dans le quartier du Vieux-Lille
Le tribunal de grande instance de Lille a été contruit en 1963 dans le quartier du Vieux-Lille - Francois Launay / 20 Minutes

« Pour moi, la destruction serait une aberration. Si la tour me pose problème avec son côté bureau, j’adore le socle et son intérieur. Une rénovation lourde de ce bâtiment peut être une chance pour la ville. Il pourrait y avoir des logements ou un hôtel avec un point de vue sur l’ensemble de la ville qui est magnifique. Ça peut devenir une signature stylistique de Lille. A condition de changer l’aspect extérieur de la tour », estime l’architecte. Une façon de remettre au goût du jour dans dix ans un bâtiment décrié depuis trente ans.