Affaire Mila : La jeune fille de nouveau menacée de mort après une vidéo controversée postée sur Tik Tok

ENQUETE L'adolescente, victime de graves menaces en début d'année après ses propos controversés sur l'islam a publié une nouvelle vidéo sur les réseaux. Elle est depuis la cible de menaces de mort

Elisa Frisullo

— 

Une pétition a même été lancée en janvier 2020pour soutenir Mila.
Une pétition a même été lancée en janvier 2020pour soutenir Mila. — Capture d'écran Twitter

On pouvait croire l’affaire dépassée, mais il n’en est rien. Ce dimanche, Mila, cette adolescente iséroise de 17 ans victime, en début d’année, de menaces de mort après des propos controversés sur l’islam, est de nouveau la cible d’appels à la haine et à la violence.

« A la suite d’une nouvelle publication de la jeune Mila sur le réseau social Tik Tok, celle-ci fait l’objet, depuis ce matin, de menaces de mort caractérisées », indique ce dimanche le parquet de Vienne dans un communiqué. Dans la vidéo en question, publiée en story sur le réseau social et relayée en masse sur le net, la jeune fille tient des propos provocateurs sur Allah.

Une enquête pour « menaces de mort par écrit » et « harcèlement électronique » a été ouverte et confiée à la division de lutte contre les crimes de haine ainsi qu’à la section de recherche de la gendarmerie nationale de Grenoble, ajoute le parquet. «Les auteurs de ces menaces, une fois identifiés, seront poursuivis en justice. Ils encourent jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende», rappelle la procureure de la République de Vienne Audrey Quey.

Des soutiens et de l'incompréhension après cette nouvelle vidéo

Après les nouvelles menaces visant la jeune fille, dont le prénom fait partie des plus recherchés de Twitter ce dimanche, Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté et à la Laïcité a dénoncé en un tweet les menaces visant Mila.

La lycéenne a reçu de nombreux soutiens sur la toile mais également beaucoup de menaces et messages d’incompréhension d’internautes, atterrés de la voir publier une nouvelle vidéo jugée outrancière et blasphématoire.

Dans cette affaire, qui a pris une ampleur nationale en janvier dernier, allant jusqu’à faire réagir le président de la République en personne, plusieurs individus ont été mis en examen pour des menaces ou pour avoir diffusé les coordonnées de la jeune fille. Fin septembre, un jeune homme de 23 ans a été condamné à dix-huit mois de prison ferme par le tribunal d’Auch pour s’être acharné sur Mila, sur Internet, après ses propos virulents sur l’Islam.