Tarn-et-Garonne : La centrale nucléaire de Golfech (encore) à l’arrêt, en raison d’une vanne bloquée

STOP Ce samedi, EDF a stoppé l’unité de production n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech, après avoir détecté une « anomalie ». Le site est à l’arrêt complet.

H.M. avec AFP

— 

La centrale nucléaire de Golfech, entre Toulouse et Agen.
La centrale nucléaire de Golfech, entre Toulouse et Agen. — Bob Edme - AP - Sipa

« Une anomalie sur une vanne qui est restée bloquée, nécessitant une intervention immédiate ». C’est en ces termes qu’EDF décrit l’incident qui a entraîné ce samedi l’arrêt de l’unité de production n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech, dans le Tarn-et-Garonne.

Et donc l’arrêt total de la centrale puisque l’autre unité – le n° 1 – est à l’arrêt depuis plusieurs mois pour des opérations de maintenance et de recharge du combustible.

« Aucun impact » sur la sûreté et l’environnement

Ce samedi, « l’aléa technique » s’est produit « au niveau d’un système de sauvegarde ». « Cet événement n’a aucun impact sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement », précise EDF dans son communiqué.

La centrale de Golfech est particulièrement surveillée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui veut notamment qu’elle affine ses procédures de suivi d’incidents. En février 2020, le « gendarme » du nucléaire a même convoqué le directeur du site et, fait rare, rendu cette information publique.

La centrale tarn-et-garonnaise assure l’équivalent de la moitié de la de la production d’électricité consommée dans la région Occitanie.