Confinement dans le Val-de-Marne : Une méga fête clandestine dégénère, les policiers victimes de jets de projectiles

RIXE A Joinville-le-Pont, un loft de 300 m2 a été transformé en « véritable boîte de nuit » rassemblant « 300 à 400 personnes »

M.P.

— 

Une voiture de police en intervention (illustration).
Une voiture de police en intervention (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes

Une douzaine de policiers face à plus de 300 invités. Ce vendredi soir, à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), une fête clandestine organisée en dépit du confinement s’est terminée en rixe et sous les projectiles pour les forces de l’ordre. Selon les informations du Parisien, « pris à partie par une centaine de convives », les policiers appelés peu avant 2h du matin pour une rixe qui vient d’éclater « ont répliqué avec leurs moyens de défense », notamment des grenades de désencerclement. Le propriétaire du pavillon et l’organisateur de la soirée clandestine  ainsi qu'une troisième personne ont été mis en garde à vue, dimanche.

A Joinville-le-Pont, les habitants savent que leur voisin loue son loft pour des fêtes sauvages souvent bruyantes. Et cette nuit-là, quatre équipages de nuit débarquent face à un « pavillon moderne dont le portail fermé fait trois mètres de haut et des barbelés dissuadent toute escalade », détaille Le Parisien. Les policiers profitent du départ d’un invité pour se glisser à l’intérieur du loft de 300 m2 transformé, selon nos collègues du quotidien citant l’un des policiers, en « véritable boîte de nuit » rassemblant « 300 à 400 personnes ».

Un convive grièvement blessé à l’œil par un tir de LBD

C’est là aussi qu’une bagarre « à coups de bouteilles qu’on s’explose sur la tête » se tenait entre une centaine de personnes. En apercevant les policiers, les convives se dispersent, quand d’autres choisissent de lancer « des bouteilles, des canettes, cigarettes électroniques et même appareils à chichas » sur les forces de l’ordre. Les fonctionnaires répliquent et se replient dans la cour du loft en attendant des renforts. Les convives, eux, prennent la fuite.

Abasourdies, les forces de l’ordre n’auront pris le temps de procéder ni à des interpellations, ni à des verbalisations pour non-respect du confinement. Les secours seront appelés trente minutes plus tard, un convive ayant été grièvement blessé à l’œil par, dit-il, un tir de LBD​. La victime a été conduite à l’hôpital, les policiers ont, eux, déposé plainte pour « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique » et, toujours selon Le Parisien, une enquête a été ouverte.

Par ailleurs, dans un communiqué publié samedi après-midi, la préfecture de police a indiqué qu’au moins un des participants était positif au Covid-19. Elle invite donc l’ensemble des personnes présentes « à se faire dépister dans les meilleurs délais et à s’isoler au moins jusqu’à réception des résultats de leur test ».