La France a expulsé 48 étrangers radicalisés depuis juillet, annonce Gérald Darmanin

SIGNALEMENT Sur les 231 au total que le ministre voulait expulser mi-octobre

20 Minutes avec AFP

— 

Un total de 48 étrangers en situation irrégulière et soupçonnés de radicalisation ont été expulsés de France depuis le 1er juillet, a indiqué Gérald Darmanin sur franceinfo.
Un total de 48 étrangers en situation irrégulière et soupçonnés de radicalisation ont été expulsés de France depuis le 1er juillet, a indiqué Gérald Darmanin sur franceinfo. — Jacques Witt/SIPA

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a affirmé sur franceinfo qu’au total, 48 étrangers en situation irrégulière et soupçonnés de radicalisation avaient été expulsés de France depuis le 1er juillet. Mi-octobre, il avait assuré que la France souhaitait expulser de son territoire 231 étrangers en situation irrégulière suivis pour radicalisation.

Outre les 48 expulsions, « la moitié de ces 231 personnes sont désormais hors d’état de nuire », a souligné le ministre. Cinquante d’entre eux sont actuellement en centre de rétention administrative dans l’attente de leur expulsion et 43 autres sont assignées à résidence, selon son entourage.

Une centaine d’étrangers en situation irrégulière soupçonnés de radicalisation

« Il y a encore plus d’une centaine d’étrangers en situation irrégulière que nous soupçonnons de radicalisation » sur le territoire national, a ajouté Gérald Darmanin. Le ministre a dit espérer que ses déplacements successifs au Maroc, en Tunisie, en Algérie ou encore jeudi en Russie, pays les plus représentés parmi les étrangers radicalisés en situation irrégulière en France, « vont faire accélérer ces expulsions ».

Ces déplacements, lors desquels il a présenté aux autorités une liste de personnes à expulser, ont « déjà donné un certain nombre de résultats », a-t-il affirmé. Au total, « plus de 450 » étrangers en situation irrégulière, inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), ont été expulsés de France depuis le début du quinquennat, a rappelé Gérald Darmanin.