Télétravail : « Je ne portais en bas que mes sous-vêtements », « Mon bébé a lâché un pet énorme »… Ils racontent leurs bourdes pendant les visioconférences

TELETRAVAIL BORDERLINE Depuis le nouveau confinement, le travail à distance est à nouveau généralisé, avec des risques d’impairs pour les salariés

Delphine Bancaud

— 

Les visioconférences comportent leur lot d'inattendus
Les visioconférences comportent leur lot d'inattendus — Pixabay
  • Avec le télétravail généralisé, c’est le retour en force des visioconférences avec les collègues ou des appels collectifs via Teams, Zoom, Google meet, Skype…
  • L’occasion de révéler les petites bourdes des collègues, les sorties de route qu’on a commises soi-même par inattention. Et que nos lecteurs nous racontent.

Nouveau confinement oblige, c’est le retour en force des visioconférences avec les collègues et des appels collectifs via Teams, Zoom, Google meet, Skype… D’excellents moyens pour garder un lien avec son équipe, organiser le télétravail et rester motivé.

Mais ces outils de communication entraînent le risque de perdre un peu de son amour-propre. Car chacun de nous a des anecdotes collectées depuis le mois de mars dernier : les petites bourdes des collègues, les sorties de route qu’on a commises soi-même par inattention et qui resteront malgré tout, des souvenirs comiques de cette période morose.

« Je ne portais rien en bas, hormis mes sous-vêtements »

Premier danger de tout télétravailleur : la caméra que l’on active lors d’une visioconférence. Le problème, c’est que lorsque les réunions durent des plombes, on finit par oublier de la désactiver. C’est ce qui est arrivé à Evy, qui a répondu à notre appel à témoins : « Pendant une visio assommante, je prends la guitare et entame un assez joli Knocking on the heaven’s door, en braillant bien comme il faut. J’avais juste oublié de couper la caméra ». Un moment de solitude que Sarah a vécu puissance 1.000, après une réunion sur Zoom : « J’ai décidé d’aller faire un jogging en profitant de l’heure de liberté propre au confinement. Hélas, j’avais oublié de fermer l’application Zoom, j’avais simplement réduit l’écran. Quelques-uns de mes collègues ont assisté à mon changement de tenue pour revêtir mon legging, mon tee-shirt et ma veste de jogging ».

Et si au bureau, le mot d’ordre est « tenue correcte exigée », en télétravail, c’est plutôt « tenue légère appréciée ». Surtout pour Clément, consultant en informatique et qui travaille à distance avec une équipe de New Delhi : « Lors d’un appel avec un collègue indien, alors que j’avais oublié que la caméra était allumée depuis un certain temps, j’ai eu la mauvaise idée de me lever pour fermer la fenêtre alors que je ne portais rien en bas, hormis mes sous-vêtements. Ce n’est qu’après avoir terminé l’appel que je m’en suis rendu compte ». Pas évident de revenir devant la caméra après une telle prestation !

« Mon bébé, qui était sur mes genoux, a lâché un pet énorme »

Et alors qu’au bureau, on a l’impression de maîtriser son image et ce qu’on a envie de dévoiler de sa vie privée ou pas, avec les visioconférences, nos proches font parfois irruption… pour le pire. A ce petit jeu, les enfants sont les plus forts. Julien peut en témoigner : « En réunion à 8h dans la pièce aménagée en bureau, ma fille de 10 ans ouvre la porte sans frapper et dit : "Papa, les toilettes sont bouchées". La honte ! Car cela s’est entendu », rougit-il encore. Autre moment scatologique dont Fanny se serait bien passée : « Mon bébé, qui était sur mes genoux, a lâché un pet énorme alors que mon micro était ouvert, et mes collègues ont cru que c’était moi ! ».

L’apprentissage de la propreté chez un enfant, c’est un moment important pour la vie familiale, mais soyons honnêtes, il n’intéresse pas franchement les foules. Et on n’a clairement pas envie d’en parler à ses collègues. Pourtant, le mari d’Estelle a partagé malgré lui ces moments d’intimité familiale : « Un matin, mon mari était en téléconférence avec ses boss. Et ma puce, tellement contente de faire son premier pipi sur le pot, a ouvert la porte et s’est précipitée dans le salon en criant : "Papa, pipi pot, pipi pot !". Gros moment de gêne pour mon mari… Ses chefs ont explosé de rire en la félicitant. »

Marjory, elle, a senti sa crédibilité lui échapper devant 30 collègues d’un coup ! « Le lundi matin, c’est comité de pilotage. C’est mon tour, j’expose mes chiffres fièrement et je passe en ''mute''. Mon adorable fils de 2 ans passe à côté de moi quelques minutes plus tard, alors que je me suis remise à mon travail tout en écoutant ma conf call. Je lui dis, d’un air gaga : "Et il y a quoi mon doudou dans la couche ? ". J’ai senti un certain planement au sein de la réunion. Mon chef s’est exclamé : '' Je pense que c’est chez toi, Marjory ''. J’ai bégayé un "euhhhh, pardon vraiment désolée". De nombreux messages sont apparus sur mon écran : "Alors, y avait quoi dans la couche ?" ».

« Mon chat vient montrer son postérieur à la caméra »

Parfois, ce sont les animaux de compagnie qui dépasse les bornes. « En pleine présentation où j’étais debout, mon chat vient montrer son postérieur à la caméra. Hilarité générale, et crédibilité zéro », raconte Alice. Maud a été confrontée à la même farce féline : « Au début du confinement, mon chat ne comprenait pas que je parle toute seule devant mon ordinateur. Il venait alors toujours me voir. Lors d’un Teams avec mon chef, le chat est monté sur le bureau et a montré son popotin, queue relevée à la caméra. Heureusement, mon chef l’a bien pris et a juste dit : "ce sont les aléas du direct" ».

A force de télétravailler, les réunions visio et autres joyeusetés peuvent finir par taper sur les nerfs. Et leurs participants aussi. A défaut de pouvoir les critiquer à voix basse à l’oreille d’un collègue, la messagerie interne fait office de réceptacle. Avec le risque évident d’une erreur de routage, comme en a connu Laurie : « En pleine réunion Skype et présentation de mon écran, j’ai écrit à mon collègue en parlant d’une autre collègue présente à la réunion : "Tu vas voir elle va encore me casser les c… " ». Tout le monde a pu profiter de son commentaire péjoratif, même la principale intéressée !

On est toujours le débile de quelqu’un

De même qu’en cette période où le télétravail est quasi généralisé, les formations en ligne font flores. Et les formateurs ne sont pas à l’abri d’un impair. Stéphane a pu le constater en direct : « Lors d’une formation avec 20 participants, le formateur a montré son écran et fait une recherche sur son navigateur. Le dernier lien tapé dans la barre d’adresse était un site porno. Visiblement, je suis le seul à l’avoir remarqué. Et avoir coupé mon micro pour éclater de rire. »

Des anecdotes savoureuses qui poussent chacun de nous à davantage de vigilance et de clémence. Celui qui rit un jour peut devenir le lendemain la cible de l’ironie des autres…