Montauban : D'importantes fissures découvertes au niveau de la nef de la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption

PATRIMOINE Une mission de suivi et diagnostic a été lancée en urgence pour connaître l'origine des lézardes

B.C.
— 
La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Montauban est classée monument historique en 1906.
La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Montauban est classée monument historique en 1906. — Google street view

Construite entre 1692 et 1739, Notre-Dame-de-l’Assomption de Montauban se caractérise par sa façade blanche. Sur cet édifice, classé Monument historique depuis 1906, d’impressionnantes fissures sont apparues. Elles ont été repérées vendredi dernier, lors d’une visite de contrôle des agents de l’Unité départementale de l’architecture et du patrimoine du Tarn-et-Garonne.

Des lézardes présentes à l’extrémité occidentale de la nef de l’édifice, en particulier entre les fenêtres hautes et les grandes arcades de la première travée du monument. « Il semble que le massif occidental – comprenant la façade, la tribune d’orgue et les deux clochers – a connu très récemment un important mouvement structurel qui l’a désolidarisé du reste de l’édifice », indiquent les services du préfet d’Occitanie.

Diagnostic et suivi

Après une visite de la Conservation régionale des monuments historiques, lundi, une entreprise a été mandatée pour poser une dizaine de témoins en plâtre afin de vérifier si les désordres sont stabilisés ou s’ils sont toujours actifs.

Parallèlement, une mission en urgence pour que la cathédrale fasse l’objet d’un suivi par des capteurs et fissuromètres, ainsi qu’un diagnostic structurel, ont été confiés à l’architecte en chef des Monuments historiques et débuteront lundi. Ces études permettront peut-être de dire si ces fissures soudaines ont un lien avec la construction en cours d’un parking souterrain sur le parvis de la cathédrale.

La nef de la cathédrale avait été intégralement restaurée entre 1997 et 1998, et, en décembre dernier, un rapport avait indiqué le bon état sanitaire de cette partie de l’édifice.