Coronavirus à Perpignan : Louis Aliot lance une pétition pour « sauver les commerçants »

EPIDEMIE L'élu signé la semaine dernière un arrêté municipal autorisant l'ouverture des commerces non-essentiels dans le centre-ville

N.B.
— 
Louis Aliot, mardi, devant le tribunal administratif de Montpellier
Louis Aliot, mardi, devant le tribunal administratif de Montpellier — Alain ROBERT/SIPA

Louis Aliot (RN), le maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), a lancé ce mercredi une pétition en ligne, pour « sauver les commerçants » dont les boutiques, considérées comme non-essentielles, sont fermées en raison du confinement.

« A la crise sanitaire aiguë que nous devons tous combattre, s’ajoute désormais, avec ce nouveau confinement, une crise économique grave, écrit l’élu, dans le texte qui accompagne la pétition. De nombreux professionnels, au premier rang desquels les commerçants non-alimentaires, ne peuvent plus vivre de leur travail (…) Ces femmes et ces hommes (…) sont victimes d’injustice économique alors que les grands gagnants de cette mesure incohérente sont les plateformes de e-commerce. »

Une taxe « sur les transactions commerciales en ligne »

L’élu, qui assure qu’il y a « urgence », demande au gouvernement de « créer une taxe sur les transactions commerciales en ligne, dont les dividendes seront reversés aux commerçants sinistrés par le biais d’un fond d’Etat spécialement dédié. »

Comme Robert Ménard (divers droite) à Béziers (Hérault), Louis Aliot a signé la semaine dernière un arrêté municipal, autorisant l’ouverture des commerces non-essentiels dans le centre-ville de Perpignan, malgré le confinement décidé par l’Etat. Ces arrêtés, considérés comme illégaux par les préfectures, ont été débattus devant le tribunal administratif de Montpellier, mardi. La justice devrait trancher ce mercredi.