Coronavirus : Le couvre-feu à Paris n’a « absolument pas été décidé à ce stade », corrige Matignon

EPIDEMIE Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait annoncé dans la matinée de nouvelles restrictions pour la région parisienne face à l'épidémie de coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Le Moulin Rouge.
National lockdown as part of the new COVID-19 mesures for the second wave of the coronavirus.
Le confinement a Paris pour essayer de freiner la deuxième vague du coronavirus.
Paris-FRANCE
Le Moulin Rouge. National lockdown as part of the new COVID-19 mesures for the second wave of the coronavirus. Le confinement a Paris pour essayer de freiner la deuxième vague du coronavirus. Paris-FRANCE — JACQUES WITT/SIPA

Les déclarations de Gabriel Attal corrigées par le Premier ministre. Le porte-parole du gouvernement avait annoncé ce lundi matin sur BFMTV-RMC un couvre-feu à partir de 21h à Paris et « peut-être » en Ile-de-France, au vu des « situations qui ont été observées ». Ce n’est « absolument pas décidé à ce stade », tranche Matignon.

« Le préfet de police a évoqué cette mesure au regard de certaines situations observées en soirée à Paris », a-t-on précisé de même source. « Elle consiste à fixer une heure nocturne de fermeture des commerces autorisés à fonctionner. Cette mesure va être concertée avec la municipalité parisienne par la préfecture mais n’est pas décidée à ce stade. Une décision sera prise dans les prochains jours ».

Des règles « non-respectées »

« Nous allons réinstaurer un couvre-feu sur Paris et peut-être en Ile-de-France », en plus du confinement, probablement à 21 heures, avait affirmé le porte-parole du gouvernement plus tôt ce matin. « Un arrêté va sortir dans la journée », avait-il poursuivi, invitant les préfets « d’autres territoires » à appliquer cette mesure.

« Même si la grande majorité des Français respecte les règles, c’est insupportable de voir d’autres Français qui ne respectent pas les règles et avoir le sentiment qu’il y a un laisser-faire », a-t-il justifié. Depuis le début de ce confinement, 100.000 contrôles ont été réalisés et ont donné lieu à 14.000 verbalisations en France.