Lyon : Des nouveaux tags anti-Arménie découverts sur les murs du consulat et d'une mairie

TENSIONS Gérard Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a annoncé qu'il allait demander au gouvernement de dissoudre Les Loups gris, mouvement ultra-nationnaliste turc

C.G.
— 
Des nouveaux tags anti-Arménie ont été découverts dans l'agglomération lyonnaise le lundi 2 novembre (illustration)
Des nouveaux tags anti-Arménie ont été découverts dans l'agglomération lyonnaise le lundi 2 novembre (illustration) — Jeff Pachoud / AFP

La tension ne retombe pas dans l’agglomération lyonnaise. Au lendemain de la découverte de tags sur le mémorial du génocide arménien de Décines, de nouvelles inscriptions anti- Arménie ont été identifiées lundi dans l’agglomération.

Dans la nuit de dimanche à lundi, le consulat d’Arménie à Lyon (3e) a été tagué de phrase suivante : « 1915. Coeur RTE », en référence à l’année durant laquelle a été commis le génocide arménien mais aussi aux initiales du président turc, Recep Tayyip Erdoğan. Des dizaines de tags ont également été retrouvées sur les murs de la mairie de Meyzieu, ville voisine de Décines, où se concentre une forte communauté arménienne. « Nik l’Arménie », « Loups gris » ou « Vive Erdogan » figurent parmi les phrases inscrites.

Dissolution des Loups gris

« Malheureusement, les jours se suivent et se ressemblent », a déploré la maire de Décines Laure Fautra, elle-même visée par des inscriptions. Et d’ajouter : « Nous ne céderons pas ! Les insultes, les menaces ne doivent pas être banalisées. Il faut être intraitable contre ces mouvements extrémistes qui menacent le socle de notre société ».


Un message entendu par Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur a annoncé ce lundi après-midi qu’il allait demander, mercredi, au gouvernement de dissoudre Les Loups gris, mouvement ultra-nationaliste turc.

Mercredi, de vives tensions avaient émaillé dans l’agglomération de Lyon et en Isère. D’abord à Vienne, lorsque de militants pro-Arménie, manifestant au péage de Vienne pour dénoncer la situation dans le Haut-Karabagh, avaient été pris à partie par des membres de la communauté turque. Le soir même, près de 250 partisans turcs avaient défilé dans les rues de Décines pour intimider la communauté arménienne.