Hommage à Samuel Paty : Une minute de silence « très respectueuse » dans les écoles

LAÏCITE La minute de silence a débuté ce lundi à 11 heures lors de la rentrée

20 Minutes avec AFP

— 

Hommage à Samuel Paty: Une minute de silence respectée dans les établissements scolaires — 20 Minutes

Ce lundi à 11 heures, les élèves de France se sont arrêtés pour une minute de silence « très respectueuse » en hommage à Samuel Paty, assassiné le soir des vacances de la Toussaint, l’occasion également pour les professeurs de revenir sur la liberté d’expression et la laïcité à l’école.

Après deux semaines de vacances, 12 millions d’élèves ont effectué ce lundi, dans une France reconfinée, une rentrée scolaire particulière entre vigilance sanitaire et sécuritaire, et un hommage à Samuel Paty, assassiné sauvagement le 16 octobre pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet.

Libre échange et vive émotion

Le ministère de l’Education demandait aux enseignants d’observer une minute de silence en classe à 11 heures après la lecturie de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs. « Cette minute de silence était très émouvante, mes élèves de Troisième étaient tous très respectueux et très touchés. Ils avaient besoin de ce temps de recueillement », a témoigné Benjamin Marol, professeur d’histoire-géographie dans un collège de Montreuil près de Paris.

Selon cet enseignant, il était en revanche « essentiel de pouvoir échanger en amont de cette minute de silence avec la classe sur les faits qui se sont déroulés à Conflans-Sainte-Honorine, pour que cette minute puisse avoir du sens ». « Il faut être conscients que tous les élèves n’ont pas le même niveau d’informations, ils ne suivent pas tous l’actualité », a-t-il ajouté.

Du respect 

C’est le constat de Salomé, élève de quatrième dans un collège parisien. « Nous n’étions en fait que deux dans la classe à avoir suivi réellement ce qui s’est passé pour Samuel Paty, c’était donc important de revenir sur les faits, tous ensemble, avant de clôturer la séquence par une minute de silence », raconte-t-elle.

« Nous étions tous très respectueux pendant cette minute de silence, c’était important pour nous tous de la suivre », dit-elle. Au collège Jean-Jaurès de Cenon, établissement en Réseau d’éducation prioritaire (REP) dans la banlieue de Bordeaux, la professeure d’histoire-géo Françoise Lecoeur s’est dite « très émue » pendant l’hommage. « Ici nos élèves viennent de milieux très différents, de milieux où le discours sur les valeurs de la République n’est pas celui de la maison, la religion, mais aussi l’éducation des filles », a-t-elle poursuivi.

Devenir un citoyen libre

Le Premier ministre Jean Castex a lui rendu hommage à Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, la ville où il enseignait, en observant une minute de silence avec les élèves d’une classe locale de CM2.

Jean Castex, qui auparavant s’était rendu au collège du Bois d’Aulne, a insisté sur la nécessaire reconstruction collective et le rôle central des professeurs dans l’école de la République. « Ici, Samuel Paty apprenait à chaque enfant de la République à devenir un citoyen libre. Pour lui, pour notre pays, nous continuerons. C’est notre honneur et notre devoir », a écrit sur Twitter le Premier ministre.

La grève comme protestation

La rentrée des classes, qui devait initialement être décalée à 10 h 00 pour laisser le temps aux équipes pédagogiques de préparer cet hommage au professeur décapité, a finalement été maintenue à l’horaire habituel, entraînant le dépôt d’un préavis de grève par plusieurs syndicats enseignants.

Les enseignants du collège Pasteur de Villemomble en Seine-Saint-Denis se sont par exemple mis en grève lundi pour protester « contre l’organisation, réduite, de l’hommage à Samuel Paty, une décision indigne », selon eux. « D’autres organisations étaient possibles permettant de tenir compte des conditions de cette rentrée hors normes. Elles ont été balayées d’un revers de la main, sans considération pour les impératifs humains et pédagogiques », ont-ils regretté dans un communiqué.

Thomas Saettler, prof de physique-chimie, syndiqué SNES-FSU, explique lui que, pour les enseignants, « c’était impossible de ne pas se retrouver pour parler de l’émotion suscitée par le fait qu’un enseignant ait été assassiné pour avoir exercé son métier, et il était important qu’on construise notre réponse ».