Confinement : Quelles solutions pour rouvrir les petits commerces ?

CONSOMMATION Les fédérations de commerçants seront reçues cette semaine par le ministre de l’Economie et celui chargé des PME pour réfléchir aux règles sanitaires qui permettraient de rouvrir certains commerces

Marie De Fournas

— 

Les Fédérations des commerçants proposent des solution pour rouvrir les commerces et leur éviter le dépôt de bilan.
Les Fédérations des commerçants proposent des solution pour rouvrir les commerces et leur éviter le dépôt de bilan. — Jacques Witt/SIPA
  • Les fédérations de commerçants cherchent par tous les moyens à faire rouvrir les commerces indépendants en cette période cruciale pour eux avant Noël.
  • L’une des solutions avancée serait la mise en place de rendez-vous dans les magasins, par plage horaire et en jauge réduite.
  • Une mesure qui s’ajouterait au protocole sanitaire et au système de « click and collect » déjà existant.

Depuis l’annonce du second confinement et la fermeture des commerces jugés non essentiel, la grogne monte du côté des petits commerçants. Pour certains, devoir fermer boutique à moins de deux mois des fêtes de Noël est presque un arrêt de mort. « 90 % d’entre eux sont indépendants et l’arrêt de l’activité, c’est potentiellement le dépôt de bilan, sans chômage derrière », explique à 20 Minutes François Asselin, Président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CPME).

« Pour les magasins de jouets, cette période représente 60 % du chiffre d’affaires. Pour la maroquinerie, c’est environ 40 %, chiffre Bénédicte Boudet-Corric, déléguée générale de la Confédération des commerçants de France (CCF). Leur trésorerie ne suffira pas à combler ce manque à gagner. » Ces magasins ressentent également une profonde injustice dans le fait d’être considéré comme non essentiels. Etla fermeture de certains rayons dans les grandes surfaces par souci d’équité ne suffit pas à calmer leur colère.

Commerçants sur rendez-vous

Face à cette situation et cette vague de protestation, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a indiqué qu’il recevrait cette semaine les différentes fédérations de commerçants à Bercy pour étudier les conditions d’une éventuelle réouverture d’un certain nombre de commerces à partir du 12 novembre. « Les commerçants ont déjà fait énormément d’effort sur les mesures sanitaires, mais pour rouvrir, ils sont prêts à encore faire des concessions », assure le Président de la CPME.

L’une des principales propositions des fédérations, serait la mise en place de rendez-vous pour pouvoir aller chez les commerçants. « Un nombre limité de clients pourrait prendre rendez-vous sur un créneau horaire défini. Un peu comme chez le médecin, détaille Bénédicte Boudet-Corric. La jauge serait limitée, voire même réduite si besoin et un nettoyage serait fait entre chaque passage. » François Asselin avance également qu’il pourrait y avoir une prise de température à l’entrée du magasin.

« Click & collect », une solution complémentaire

Ces solutions viendraient en complément du système de «click & collect» déjà mis en place lors du premier confinement. « Le problème avec ce système, c’est qu’il n’est pas adapté à tous les commerces. D’abord parce que certains n’ont même pas de site Internet ou de compte Facebook, ou tout simplement parce que cela ne marche pas pour certains produits. Par exemple, lorsque vous achetez des chaussures, vous ne savez pas toujours quel modèle vous voulez à l’avance, vous devez les essayer », détaille la déléguée générale de la CCF.

Et même pour les commerçants en mesure de l’appliquer, François Asselin assure que cela ne représenterait que 25 % de l’activité, dans le meilleur des cas. Pour les fédérations, la réouverture des magasins avec des mesures sanitaires strictes apparaît comme l’unique solution pour sauver les petits commerçants déjà bien éprouvés par un premier confinement et l’essor des ventes en ligne sur les grandes plateformes internationales. 

Dans un communiqué commun, diffusé lundi en fin de journée, les représentants d'une vingtaine de fédérations professionnelles de commerçants, ainsi que les organisations patronales Medef et CPME ont demandé "solennellement au gouvernement de rouvrir tous les commerces dès le 13 novembre et de mettre en oeuvre de véritables mesures de soutien".