Coronavirus : Attention à cette « déclaration de responsabilité » sur le port du masque à l'école

FAKE OFF Un formulaire, qui serait à faire signer par les professeurs, les rendrait responsables de toute « incidence néfaste sur la santé » du port du masque. Ce document « n’a pas de valeur juridique », précise l’Education nationale

Mathilde Cousin
— 
Les élèves à partir de six ans doivent dorénavant porter un masque à l'école (image d'illustration).
Les élèves à partir de six ans doivent dorénavant porter un masque à l'école (image d'illustration). — SICCOLI PATRICK/SIPA
  • Une « déclaration de responsabilité » liée au port du masque circule sur les réseaux sociaux. A faire signer par les professeurs, elle les rendrait responsables de toute « incidence néfaste sur la santé ».
  • Ce document « n’a pas de valeur juridique », précise l’Education nationale à 20 Minutes.
  • Surtout, le port du masque n’a aucune conséquence néfaste sur la santé.

Une nouvelle rentrée masquée. Alors que l' Education nationale vient d’étendre le port du masque aux élèves âgés de six ans et plus, une supposée « déclaration de responsabilité » circule sur les réseaux sociaux. Avec ce formulaire, à faire signer par les « maîtres d’école », précise l'internaute qui l’a partagé, les professeurs déclareraient « assumer personnellement l’entière responsabilité pour toute incidence sur la santé » liée à « l’obligation […] de porter un masque facial ».

Le document est complété par un paragraphe, présenté à tort comme étant un extrait de l'article 16 du Code civil : « Le masque, portant atteinte à l’intégrité physique par l’abaissement de l’oxygénation du corps, et portant donc atteinte au droit fondamental et inaliénable de respirer, ne peut en aucun cas être obligatoire. Cette obligation est donc totalement illégale. »

FAKE OFF

Ce document « n’a pas de valeur juridique », précise le ministère de l’Education nationale à 20 Minutes. Ce ne sont pas les « maîtres d’école » qui ont décidé de l’extension du port du masque aux élèves de primaire. L’annonce a été faite le 29 octobre par le premier ministre Jean Castex.

Comme les lycéens et les collégiens sont tenus de le faire depuis septembre, les écoliers sont désormais tenus de porter le masque aussi bien en classe qu’à l’extérieur. Les élèves présentant des pathologies ne peuvent en être dispensés que sur l’avis d’un médecin, selon le protocole sanitaire en vigueur.

Le port du masque, même prolongé, n’entraîne pas un « abaissement de l’oxygénation du corps » comme il est prétendu dans ce document. « Aucune étude scientifique valable, c’est-à-dire validée par les pairs, n’a parlé d’hypoxie [faible apport en oxygène dans les tissus] liée au port du masque », rappelait le pneumologue Jean-Philippe Santoni auprès de 20 Minutes en mai.

L’Inserm note également que les masques « sont conçus pour être portés pendant une durée de plusieurs heures par les professionnels de santé, sans entraver leurs capacités à travailler, ni altérer leurs capacités respiratoires. Si certaines personnes peuvent se sentir gênées par le fait de porter un masque, c’est par manque d’habitude : ces protections sont développées de manière à laisser passer l’oxygène dans l’organisme. »