Terrorisme, Covid-19, Samuel Paty... Emmanuel Macron s'adresse aux élèves sur les réseaux sociaux

MESSAGE PRESIDENTIEL Face à cette rentrée si particulière, Emmanuel Macron a tenu à adresser un message de soutien aux jeunes

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron à Nice, le 29 octobre 2020.
Emmanuel Macron à Nice, le 29 octobre 2020. — Laurent VU/SIPA

Alors que douze millions de jeunes Français retournent en classes ce lundi, dans un contexte de crise sanitaire et sécuritaire, Emmanuel Macron leur a adressé un message de soutien sur Instagram. « Nous allons tenir, ensemble », a promis le chef de l’Etat.

« Vous qui reprenez le chemin de l’école, je pense à vous », écrit le président dans un message sur Snapchat, Instagram et Facebook, à l’adresse des 12 millions d’élèves qui retrouvent leur classe dans une France confinée. « Je sais votre émotion après les attaques terroristes, dont l’une devant une école contre un enseignant ».

« Retrouver une vie normale »

« Aujourd’hui, en classe, vous allez rendre hommage à Samuel Paty. Nous penserons tous à lui, à vous et à vos enseignants », poursuit-il, en allusion à la minute de silence qui sera organisée dans toutes les classes en mémoire du professeur assassiné le 16 octobre lors d’une attaque djihadiste. « Parlez-en entre vous. Parlez-en avec vos enseignants. Parlez aussi de ce qui vous rassemble », leur demande le chef de l’Etat, en ajoutant « le projet du terrorisme, c’est de fabriquer la haine ».

« Et puis il y a le virus. Il faudra du temps, mais nous le surmonterons tous ensemble », dit-il, alors que le protocole sanitaire a été encore renforcé. « Je sais que le port du masque toute la journée est difficile. Mais plus nous ferons d’effort, plus vite nous retrouverons une vie normale », plaide le chef de l’Etat en leur demandant d’installer l’application TousAntiCovid​.

« Vous êtes la France », ajoute le président, « être Français, à l’école de la République, c’est apprendre à être libre, à s’épanouir, s’élever par la connaissance. Notre avenir, c’est vous », conclut-il.