Coronavirus à Nîmes : Les images de la soirée des élèves de l’école de police en plein couvre-feu ont du mal à passer

INDIGNATION Sur les images diffusées par BFM TV, des élèves policiers qui bravent le couvre-feu alors en vigueur dans une fête illicite invectivent… des policiers

Jérôme Diesnis

— 

Une enseigne de police. (illustration)
Une enseigne de police. (illustration) — GILE Michel/SIPA

Les images d’élèves de l’Ecole Nationale de Police en train de faire la fête et de braver le couvre-feu soulèvent indignation et émotion. Diffusées sur le compte Twitter du journaliste du service police justice de BFM TV Raphaël Maillochon, elles ont été confirmées par la direction de l’école qui a annoncé avoir ouvert une enquête administrative interne dès le lendemain des faits.

Sur cette vidéo, on voit un rassemblement de jeunes adultes (une centaine de personnes selon le journaliste, une cinquantaine selon l’AFP) de nuit, en extérieur, mais sur le site de l’école. A l’arrivée des policiers, on y voit les élèves censés apprendre le métier de gardien de police les siffler copieusement.

Une fête, de nuit, en plein couvre-feu

La vidéo a été rendue publique ce dimanche. Mais elle a été réalisée le mercredi 28 octobre, vers 21 heures, quelques instants après l’intervention du chef de l’Etat annonçant le reconfinement sur tout le territoire français. Le confinement n’était pas encore effectif (il l’est devenu vingt-quatre heures plus tard). En revanche, le couvre-feu était déjà en vigueur depuis le 23 octobre dans le Gard. L’école nationale de police est basée à Nîmes.

« Si ce fait est avéré, les élèves responsables ne seront pas dignes de porter l’uniforme et seront exclus. Il faut être respectable », a réagi le ministre de l’intérieur Gérard Darmanin sur les réseaux sociaux. Il juge cette « soirée clandestine (…) totalement inacceptable. »