Confinement en Sarthe : Le préfet poursuit en justice les maires faisant de la résistance

COMMERCES Plusieurs maires de Sarthe ont pris des arrêtés afin d’autoriser les commerces dits non essentiels à ouvrir malgré le confinement. Le préfet n’entend pas laisser faire

F.B.

— 

La librairie Bulle, au Mans, conteste la fermeture de son commerce pendant le reconfinement.
La librairie Bulle, au Mans, conteste la fermeture de son commerce pendant le reconfinement. — J-F. Monier/AFP

Plusieurs maires sarthois, dont celui, précurseur, de la commune de Fresnay-sur-Sarthe, ont publié en fin de semaine des arrêtés municipaux autorisant les commerces dits non essentiels à ouvrir leurs portes malgré l’interdiction dictée par le gouvernement. Des initiatives que n’approuve pas du tout Patrick Dallennes, le préfet de la Sarthe. Celui-ci annonce donc avoir saisi le tribunal administratif de Nantes pour obtenir leur annulation dans les plus brefs délais.

« Pas la compétence pour prendre de telles mesures »

Selon le préfet, ces arrêtés sont illégaux, « les maires n’ayant pas la compétence pour prendre de telles mesures ». Ils dérogent au décret du 29 octobre 2020 instaurant une période de confinement​ justifié par « la situation sanitaire » et « la nécessité impérieuse de protéger les populations ».

Le préfet, qui a de bonnes chances d’être suivi par le tribunal administratif, appelle par ailleurs les commerçants « à la responsabilité et au respect de la loi ». A défaut, « des contraventions seront infligées », précise-t-il.