Coronavirus : Olivier Véran confirme que Noël « ne sera pas une fête normale »

PANDEMIE Le ministre de la Santé se dit également « modérément optimiste sur notre capacité à avoir un vaccin dans les prochains mois »

20 Minutes avec AFP

— 

Des pères Noël, à Londres le 24 août 2020.
Des pères Noël, à Londres le 24 août 2020. — Kirsty Wigglesworth

Avec la deuxième vague de coronavirus et le reconfinement, on pouvait s’attendre à ce que les fêtes de fin d’année prennent une tournure inhabituelle. Olivier Véran vient de nous le confirmer. Noël « ne sera pas une fête normale » cette année et « il est difficile d’envisager de grandes soirées » pour le réveillon du 31 décembre, prévient le ministre de la Santé.

« Notre but est que la pression épidémique retombe pour qu’on puisse faire des courses à temps, se préparer dans la joie, pour que soient créées les conditions permettant aux familles de se retrouver », espère toutefois Olivier Véran dans un entretien au Journal du dimanche. « Si le freinage est réussi » grâce à un confinement respecté, « le nombre de contaminations pourrait baisser dans les prochains jours, entraînant, dans deux semaines une baisse des nouveaux cas graves », ajoute-t-il.

« Eviter une troisième vague »

Il précise que devraient tomber « dans deux ou trois jours les premiers éléments permettant d’évaluer l’impact des mesures de couvre-feu », mis en place mi-octobre, avant de laisser la place au nouveau confinement depuis vendredi.

Interrogé sur d’éventuelles vagues successives, le ministre indique que l’objectif « est de casser la deuxième vague le plus tôt possible pour qu’elle ne fasse pas trop de victimes ». Il faudra ensuite « maintenir un niveau de protection de la population suffisant pour éviter une troisième vague en attendant le vaccin ». A ce propos, il se dit « modérément optimiste sur notre capacité à avoir un vaccin dans les prochains mois ».