Confinement à Perpignan : Le maire Louis Aliot prend un arrêté pour rouvrir les commerces non-alimentaires

EPIDEMIE L'élu souhaite que les boutiques rouvrent dès mardi

Nicolas Bonzom

— 

Louis Aliot.
Louis Aliot. — ALAIN ROBERT/SIPA

Le maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), Louis Aliot (RN), a indiqué ce vendredi, lors d’une conférence de presse, qu’il avait pris un arrêté pour que les commerces non-alimentaires du centre-ville de la capitale catalane puissent rouvrir. Depuis ce vendredi, les boutiques considérées comme non-essentielles ont dû fermer leurs portes, en raison du confinement mis en place par l’Etat contre le Covid-19.

« Nul ne conteste que la situation sanitaire est plus que sérieuse, mais le maire que je suis est plus que dubitatif sur [l'] efficacité [du confinement] », note Louis Aliot, pour qui cette mesure est incohérente. « Je dénonce l’impréparation du gouvernement », a-t-il tonné.

La préfecture pourrait attaquer l’arrêter

Avec cet arrêté, signé ce vendredi par l’élu RN, mardi, tous les commerces pourraient ainsi relever leurs rideaux de fer. « Et ce, jusqu’à ce que le gouvernement revienne de façon juste et proportionnée, plus sérieuse, sur l’inégalité de traitement qu’il a créé, entre les petits commerces d’un côté, les plates-formes de vente en ligne de l’autre et les grandes surfaces, a indiqué Louis Aliot. Il est hors de question que l’on puisse acheter des vêtements en grandes surfaces, et pas dans le centre-ville de Perpignan. »

A moins que l’Etat n’attaque cette décision, qui va à l’encontre des mesures mises en place à partir de ce vendredi. Du côté de la préfecture des Pyrénées-Orientales, on indique à 20 Minutes que l’arrêté n’est pas encore parvenu jusqu’à leurs services. « Lorsqu’il sera déposé, il y aura une analyse juridique de cet arrêté, et, éventuellement, le préfet pourra l’attaquer en référé devant le tribunal administratif », note la préfecture.