Attentat à Nice : Une Brésilienne parmi les victimes, selon Brasilia

TERRORISME Jeudi à Nice, un homme s'est introduit dans la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption avant de tuer trois personnes

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers à Nice, le 29 octobre 2020.
Des policiers à Nice, le 29 octobre 2020. — Nikolas Profoto/SIPA

Une Brésilienne figure parmi les trois victimes de l’attentat de Nice, a annoncé ce jeudi le ministère brésilien des Affaires étrangères. Elle a été tuée au couteau par un jeune Tunisien.

« Le gouvernement brésilien annonce, avec une grande affliction, que l’une des personnes tuées était une Brésilienne de 44 ans, mère de trois enfants, résidant en France », a indiqué le ministère dans un communiqué publié en soirée. Le ministère, qui a déclaré à l’AFP ne pas être à ce stade en mesure de préciser si cette femme avait également la nationalité française, ajoute que « le gouvernement brésilien regrette et condamne avec force cet attentat atroce ».

Deux autres victimes de l’assaillant

Un Tunisien fraîchement débarqué en Europe a tué trois paroissiens lundi matin au couteau à l’intérieur de la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption de Nice en criant « Allah Akbar ».

La victime de 44 ans, qui s’est enfuie de la basilique, est décédée « dans un restaurant situé à proximité, des suites des multiples plaies », selon le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard. Une autre victime était âgée de 60 ans et « présentait un égorgement très profond de l’ordre d’une décapitation », et l’assaillant a également égorgé mortellement le sacristain, âgé de 55 ans, père de deux filles.

« Le président Jair Bolsonaro, au nom de toute la Nation brésilienne, exprime ses profondes condoléances aux proches et amis de la concitoyenne assassinée à Nice, ainsi qu’à ceux des deux autres victimes, et sa solidarité au peuple et au gouvernement français », poursuit le ministère. « Le Brésil déclare son rejet ferme de toute forme de terrorisme », conclut le communiqué « quelle qu’en soit la motivation et réaffirme sa volonté de participer à l’éradication de ce fléau ».