Attentat à Nice : Que sait-on des faits survenus dans la basilique Notre-Dame ?

TERRORISME Un homme armé a fait irruption dans la basilique Notre-Dame à Nice ce jeudi matin, tuant deux femmes et un homme. Le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête

Caroline Politi et Thibaut Chevillard

— 

Attaque au couteau à Nice : Trois personnes tuées dans l'attaque d'une église — 20 Minutes
  • Deux femmes et un homme ont été tués à l’arme blanche dans la basilique Notre-Dame à Nice.
  • L’assaillant présumé a été grièvement blessé par la police municipale.
  • Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste »

Une nouvelle fois, l’horreur. Moins de deux semaines après la décapitation de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, trois personnes ont été tuées ce jeudi matin dans la basilique Notre-Dame de Nice. L’assaillant présumé, blessé par balles par la police municipale, a été conduit à l’hôpital. Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête en flagrance pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste, tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle » et confié les investigations à la direction centrale de la police judiciaire et à la DGSI.

Que s’est-il passé ?

Le scénario de cette nouvelle attaque rappelle celui perpétré à  Saint-Etienne-du-Rouvray en 2016, qui avait conduit à la mort du père Hamel. L’assaillant a fait irruption dans la Basilique Notre-Dame vers 9 heures du matin alors qu’aucun office religieux n’y était célébré. Selon les informations recueillies par 20 Minutes auprès de sources policières, l’homme a d’abord égorgé une femme d’environ 70 ans dans l’enceinte même de l’édifice. Il s’en est ensuite pris au sacristain de la basilique, un laïc âgé d’environ 45 ans, décédé après avoir reçu plusieurs coups de couteau. La troisième victime est une femme qui est parvenue à sortir de l’édifice religieux pour se réfugier dans un bar tout proche, où elle a finalement succombé à ses blessures.

Le suspect est un Tunisien de 21 ans

La police municipale, très présente dans ce quartier animé du centre-ville de Nice, a rapidement été alertée par un riverain, témoin de l’attaque. L’assaillant a été blessé de plusieurs balles et transporté dans un état grave à l’hôpital Pasteur de la ville. L’homme qui ne disposait pas de papier d’identité sur lui, mais on sait désormais qu’il s’agit d’un Tunisien de 21 ans, nommé Brahim Aouissaoui. Des sources judiciaires ont fait valoir que l’identité de l’assaillant n’était pas formellement confirmée.

Le jeune homme est arrivé en France fin septembre via Lampedusa en Italie, où il avait été mis en quarantaine par les autorités italiennes avant d’être visé par une obligation de quitter le territoire italien et laissé libre, a-t-on ajouté de source locale proche du dossier. Il n’a pas fait de demande d’asile en France, a précisé cette source.

Piste terroriste

Si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements, la piste d’une nouvelle attaque terroriste est privilégiée. Selon les premiers témoignages, l’homme aurait crié à plusieurs reprises « Allahou Akbar » au moment de passer à l’acte, a précisé une source proche du dossier. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a indiqué que lors de son transport vers l’hôpital, l’homme continuait de tenir ces propos.

Les nombreuses caméras de vidéosurveillance présentes dans la ville devraient permettre de retracer rapidement le parcours de l’assaillant. Y a-t-il eu des repérages les jours précédents ? Comment s’est déroulée l’attaque ? Les victimes ont-elles été spécifiquement ciblées ? Autant de questions auxquelles l’enquête devra désormais répondre.