Confinement : Les points qui restent flous après l'allocution d'Emmanuel Macron

QUESTIONS Emmanuel Macron a présenté dans les grandes lignes les règles du nouveau confinement, qui entre en vigueur dès vendredi, mais plusieurs points restent à préciser

L.C.

— 

Emmanuel Macron, le 28 octobre 2020.
Emmanuel Macron, le 28 octobre 2020. — Ludovic MARIN / AFP
  • La France va de nouveau être confinée, dès ce vendredi, cinq mois après le déconfinement.
  • Emmanuel Macron a précisé les règles de ce nouveau confinement lors d’une allocution télévisée, ce mercredi à 20 heures depuis l’Elysée.
  • Mais plusieurs détails restent à préciser, concernant la généralisation du télétravail, l’ouverture des parcs ou les règles dans les territoires d’outre-mer.

Il a mis fin au suspense. Emmanuel Macron a confirmé les rumeurs et annoncé ce mercredi soir un nouveau confinement en France, dès ce vendredi, et au moins jusqu’au 1er décembre. Pendant une vingtaine de minutes, le président a fait le point sur l’épidémie de coronavirus qui circule trop vite, et sur les règles de ce reconfinement national. Mais plusieurs points restent flous, concernant notamment le télétravail, les territoires d’outre-mer ou les parcs et jardins publics.

A quel point le télétravail sera-t-il « généralisé » ?

Le télétravail sera à nouveau généralisé «partout où c'est possible», a dit Emmanuel Macron. « Mais, et c’est une différence par rapport au printemps, l’activité continuera avec plus d’intensité », a-t-il enchaîné. Il a ainsi annoncé que les guichets des services publics, les usines, les exploitations agricoles, les Bâtiments et Travaux Publics « continueront de fonctionner ». Et, comme lors du premier confinement, il sera possible de sortir de chez soi pour aller travailler. Mais selon quels critères ? Le président ne l’a pas dit ce mercredi soir.

Les contours de ce nouveau confinement des travailleurs restent donc à préciser. Est-ce que le gouvernement va trancher lors de la conférence de presse prévue jeudi à 18h30, ou bien s’en remettra-t-il aux employeurs ?

Comment déposer ses enfants à l’école ?

De la crèche au lycée, les établissements scolaires resteront cette fois ouverts. Sera-t-il nécessaire d’avoir une attestation pour sortir de chez soir afin de déposer ses enfants à l’école, et d’aller les chercher ?

Les sorties seront-elles limitées à un kilomètre ?

Emmanuel Macron a indiqué qu’il sera possible de sortir de chez soi, pour « prendre l’air à proximité de votre domicile ». Mais sans préciser de limite géographique ou temporelle, alors qu’en mars, l’attestation dérogatoire de sortie prévoyait une case pour l’activité physique, limitée dans un rayon d’un kilomètre autour de chez soi, et pour une durée maximale d’une heure quotidienne.

D’après Le Parisien, qui cite Matignon, cette règle sera à nouveau en vigueur, avec des sorties possibles dans un rayon d’un kilomètre de chez soi et dans la limite d’une heure par jour.

Quelles sont les règles dans les territoires d’outre-mer ?

Le chef de l’Etat a annoncé que ce nouveau confinement comportera « des adaptations pour les seuls départements et territoires d’outre-mer ». Mais il n’a pas précisé s’ils seraient concernés par des mesures plus strictes, ou au contraire plus souples. Jusqu’à présent, seule la Polynésie était concernée par le couvre-feu nocturne.

Lors de la première vague, les mesures de confinement avaient été décidées pour l’ensemble du territoire national, outre-mer compris, alors que les territoires ultramarins étaient alors peu touchés par l’épidémie. Cette décision avait été critiquée, d’autant que certains territoires avaient été ensuite déconfinés, toujours en même temps que la métropole, mais alors que l’épidémie arrivait sur leur sol.

Actuellement, si certains territoires – comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Polynésie – connaissent une deuxième vague importante, d’autres sont pour l’instant moins touchés par cette recrudescence du virus, comme la Guyane, Mayotte ou La Réunion. La Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna, qui ont quasiment entièrement fermé leur frontière et instauré des quatorzaines drastiques à l’arrivée, sont actuellement épargnés par l’épidémie.

Les parcs et jardins publics resteront-ils ouverts ?

Le président a précisé que les commerces non essentiels vont fermer, selon la liste établie au printemps. Il a indiqué que les cimetières seront ouverts pour la Toussaint. En revanche, il n’a pas parlé des espaces verts ouverts aux publics. Ils avaient été fermés pendant le précédent confinement, le seront-ils à nouveau ?

Les marchés en plein air pourront-ils fonctionner ? Et quels commerces seront fermés ?

Même interrogation concernant les marchés en extérieur. Emmanuel Macron a dit que la liste des commerces pouvant ouvrir serait la même que celle du premier confinement. C’est l'arrêté du 15 mars dernier qui l’avait définie. Elle autorise le « commerce de détail alimentaire sur éventaires et marchés », donc en théorie les marchés alimentaires. Mais ce point reste à éclaircir.

Tous les magasins non cités dans cet arrêté devront-ils fermer dès vendredi ? Probablement, même si Emmanuel Macron a dit que cette décision serait réévaluée tous les quinze jours, espérant pouvoir rouvrir certains commerces en vue des fêtes de fin d’année.

Quid des événements sportifs ?

« Les rassemblements publics seront interdits », dixit le président. Mais il n’est pas rentré dans les détails concernant les événements sportifs. Les matchs pourront-ils se jouer, sans public et à huis clos ? La question devrait être abordée jeudi par Jean Castex. La Ligue nationale du basket a déjà annoncé, juste après l’allocution présidentielle, le report de la prochaine journée du championnat de France messieurs, prévue ce week-end.