Halloween en Vendée : Les hurlements inquiétants de la Tour Mélusine à Vouvant

ICI, TROUILLE A l’occasion d’Halloween, « 20 Minutes » vous fait découvrir des maisons hantées ou des lieux maudits un peu partout en France 

David Phelippeau

— 

La Tour Mélusine.
La Tour Mélusine. — © D.Herbreteau
  • Ce samedi, c’est Halloween, l’occasion de se raconter des histoires d’horreur. 20 Minutes vous fait découvrir celles de lieux maudits ou de maisons hantées partout en France.
  • Un petit tour dans le sud Vendée, à Vouvant, commune dans laquelle la Tour Mélusine cache une drôle de légende et un mystérieux secret.
  • Des cris inquiétants ayant un rapport avec la légende de la fée Mélusine s’échapperaient de la tour, le samedi.

Haute de 45 m, elle offre une vue panoramique exceptionnelle du massif forestier de Mervent-Vouvant et du village de Vouvant dans le sud Vendée. On l’appelle la Tour Mélusine car la légende raconte que c’est la fée du même nom qui l’a construite en 1242. Aujourd’hui, Thomas Thiriot, guide conférencier à l’office du tourisme de Fontenay-le-Comte Vendée, raconte (un peu au second degré) que « si on colle bien l’oreille au mur de la Tour le samedi, et pas un autre jour, on peut entendre des hurlements ». Et pourquoi ces cris inquiétants « par temps de gros temps », comme l’affirme-t-on aussi parfois ? Il faut narrer l’histoire de la fée Mélusine pour tenter de comprendre l’origine de ces rugissements. En voici un bref résumé…

La Tour Mélusine de jour.
La Tour Mélusine de jour. - © D.Herbreteau

Il pèse sur la fée Mélusine, une terrible malédiction. Sa mère, pour la punir de sa méchanceté envers son père, l’a condamnée à la triste immortalité des fées, à moins qu’elle n’épouse un chevalier peu curieux, qui accepte de ne pas la voir le samedi. Car, ce jour-là, obligation lui est faite de prendre un bain et ce faisant de voir ses longues jambes fines se transformer en une horrible queue écailleuse. Mais si un jour, son (futur) mari la surprend dans un tel état, jamais plus elle ne reprendra forme humaine.

Un beau jour, Mélusine rencontre un homme, prénommé Raimondin. Ce dernier, qui aura dix garçons avec elle, ne comprend pas pourquoi sa dulcinée, qui est d’une féerique beauté, s’enferme tous les samedis ? Il cherche à percer le mystère, trahit donc son épouse et la surprend, un samedi, dans son bain, peignant ses longs cheveux blonds et agitant… son horrible queue de poisson !

Des cris horribles poussés au niveau de la Tour

Thomas Thiriot explique les conséquences de cette « malédiction rendue publique ». « Mélusine alors fait trois fois le tour de la tour en poussant des cris horribles. Elle disparaît ensuite. » Il se dit aussi qu’elle s’envole par la fenêtre en proférant de terribles menaces à l’encontre des forteresses qu’elle a construite à Pouzauges, Tiffauges, Mervent etc. Conséquence aujourd’hui, la fée hanterait encore les lieux. « Plutôt le samedi… », précise le guide conférencier.

Marie Vivies, guide à Vouvant, conte plus ou moins la même légende, mais estime « que les hurlements de la fée autour de la tour ne s’entendent pas avec les oreilles, mais avec le cœur ». Elle s’explique en se rapportant à la trahison de Raimondin à son épouse Mélusine : « Je pense que seuls les gens qui sont hantés par des secrets, des promesses non tenues et des trahisons dans leur vie personnelle entendent ces cris poussés par Mélusine. Pas les autres. C’est une poignée de personnes… » Un drame aurait même eu lieu il y a quelques années au sommet de cette tour hantée, mais la guide ne souhaite pas en dire davantage, épaississant encore davantage le mystère autour de la tour Mélusine…