Budget 2021 : L’Assemblée nationale vote la hausse des crédits aux forces de l’ordre

COUP DE POUCE Les crédits pour la police augmentent de 1,58 % à 11,14 milliards et ceux de la gendarmerie de 0,45 % à 9 milliards

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers à Nice le 24 octobre 2020.
Des policiers à Nice le 24 octobre 2020. — SYSPEO/SIPA

Les demandes des syndicats des forces de l’ordre ont en partie été entendues. Les députés ont surtout donné mardi soir, un coup de pouce en faveur de la filière investigation dans la police et la gendarmerie. L’Assemblée nationale lui a ainsi octroyé une enveloppe d’une trentaine de millions d’euros, lors du vote du budget 2021 de la mission « sécurités ».

L’hémicycle a adopté un amendement du gouvernement abondant d’une vingtaine de millions d’euros la prime « Officier de police judiciaire » pour valoriser la filière investigation dans la police et une douzaine de millions pour des primes et indemnités dans la gendarmerie en faveur des militaires exerçant des missions de police judiciaire et des responsabilités d’encadrement. Gérald Darmanin avait promis devant les syndicats policiers, début octobre, des mesures pour cette filière réputée aujourd’hui faire l’objet d’une désaffection des policiers et gendarmes.

Consensus des députés

« Cet amendement contient des mesures qui vont dans le bon sens [..] même si je considère qu’on pourrait aller plus loin », a souligné le député LR Eric Ciotti. Syndicats et agents de la filière mettent régulièrement en avant la lourdeur du métier et la complexité de la procédure pénale pour expliquer la crise de vocations autour des métiers de la « police judiciaire ».

L’adoption des crédits au bénéfice de la police (+1,58 % à 11,14 milliards) et de la gendarmerie (+0,45 à 9 milliards), s’est faite dans le relatif consensus de l’hémicycle, le gouvernement s’attirant les louanges de sa majorité et l’abstention polie des oppositions qui ont salué, à l’instar du socialiste Hervé Saulignac, « des efforts que nous reconnaissons ». Entre 2010 et 2020, les crédits de la police ont ainsi augmenté de 25 % et ceux de la gendarmerie de 17 % environ, selon le rapport du député Romain Grau.

Remplacement d’un véhicule sur quatre

Si les dépenses de personnel représentent 91 % des crédits du programme « Police nationale » et 86 % du programme « Gendarmerie nationale », des proportions jugées régulièrement excessives par la Cour des Comptes, le budget 2021 fait un effort sur le niveau des moyens consacrés aux équipements, sur fond de malaise persistant des forces de l’ordre. Ainsi 530 millions (+250 millions) sont budgétés pour le parc automobile du ministère très vieillissant et doivent selon Beauvau, permettre le remplacement d’un véhicule sur quatre.