Coronavirus à Brest : Des transferts de malades depuis la région PACA prévus mardi

EPIDEMIE Quatre patients sont attendus cette semaine

Camille Allain

— 

Un patient atteint du Covid-19 est transféré en ambulance, ici à Liège, en Belgique.
Un patient atteint du Covid-19 est transféré en ambulance, ici à Liège, en Belgique. — Francisco Seco/SIPA

Les images surréalistes du mois d’avril reviennent : des trains entiers affrétés pour transporter des malades, des avions médicalisés traversant la France pour tenter de soulager des hôpitaux débordés… Les transferts de malades du Covid-19 sont pourtant une réalité. Plusieurs opérations ont déjà été menées dans les Hauts-de-France. Et ce lundi, huit patients atteints du Covid-19 ont été transférés en Nouvelle-Aquitaine​ en provenance de Saint-Etienne et de Lyon (Rhône). Relativement épargnée par la deuxième vague, la Bretagne va également contribuer à l’effort national.

D’après Ouest-France et Le Télégramme, entre quatre et six patients hospitalisés en PACA devraient être pris en charge à Brest ce mardi. Les quotidiens locaux évoquent l’accueil de ces malades au sein du CHU de la Cavale Blanche et à l’Hôpital d’instruction des armées (HIA). D’après le maire de Nice, Christian Estrosi, ces transferts ne concerneraient pas les hôpitaux des Alpes-Maritimes mais ceux des Bouches-du-Rhône et des Alpes-de-Haute-Provence.

Un second transfert pourrait être envisagé

Contactée, l’Agence régionale de santé reste vague. « Des évacuations sanitaires de patients vers des établissements bretons seraient susceptibles d’être organisées, sans pour autant que des opérations soient planifiées à ce stade ». Le Télégramme évoque pourtant la possibilité d’un second transfert dans la région ce week-end, « en fonction de la situation locale ». Les hôpitaux de Morlaix et de Quimper seraient sollicités, tout comme celui de Brest. Des déprogrammations médicales ont déjà été annoncées dans la cité du Ponant.

En Bretagne, seul le département d’Ille-et-Vilaine est pour l’heure concerné par les mesures de couvre-feu imposées par l’Etat. Si elle a été maîtrisée dans la métropole rennaise, la circulation du virus a explosé dans d’autres secteurs du département. La propagation est d’ailleurs constatée dans l’ensemble de la région.