Rillieux-la-Pape : Deux hommes soupçonnés d’avoir agressé des pompiers ont été écroués

VIOLENCE Les pompiers de Rillieux-la-Pape avaient été appelés pour porter secours à une femme victime de violence de la part de son ancien compagnon

C.G.

— 

Illustration de pompiers.
Illustration de pompiers. — E. Frisullo / 20 Minutes

Les pompiers avaient eu l’impression de tomber dans un « guet-apens ». Deux des trois personnes soupçonnées d’avoir agressé volontairement des secouristes lors d’une intervention à Rillieux-la-Pape ( Rhône) le 18 octobre, ont été écroués, apprend-on ce lundi auprès de la police lyonnaise.

Interpellés les 22 et 23 octobre, les suspects, âgés de 24 et 25 ans, ont été présentés au parquet samedi avant d’être placés en détention. Ils devaient être jugés ce lundi après-midi en comparution immédiate. Mais l'audience a été reportée au 23 novembre. 

Le 18 octobre à 8h42 les sapeurs-pompiers étaient intervenus suit à l’appel d’un témoin de 18 ans afin de porter secours à une femme « inconsciente » repérée à proximité d’une voiture et « possiblement victime d’une agression ». Sur place les secouristes ont tenté d’approcher cette jeune femme « agitée et potentiellement en danger » mais ils se sont heurtés à l’opposition physique de deux des suspects, dont l’un était l’ex-petit ami de la victime, rappelle la police lyonnaise.

10 jours d’ITT pour la victime

La jeune femme a rapidement indiqué avoir été victime de violence de la part de son ancien compagnon. Transportée à l’hôpital, elle s’est vue délivrer 10 jours d’ITT pour une entorse cervicale. Entendue ultérieurement par les enquêteurs, elle a précisé que son ex lui avait tiré les cheveux, qu’il l’avait fait tomber par terre et qu’il lui avait porté des coups de pied dans le dos et à la tête.

Le mis en cause, déjà condamné à 10 reprises, a donc été arrêté tout comme l’un de ses amis, ayant lui pris à partie les pompiers. Son cousin, considéré comme le troisième suspect, avait filmé la scène avant l’intervention des pompiers mais n’était plus sur place à leur arrivée. Il a été libéré à l’issue de sa garde à vue. Il sera toutefois jugé également le 23 novembre.