Bron : Le maire de la ville menacé de décapitation et bientôt placé sous protection

AGRESSION Des tags ont été découverts ce jeudi sur trois sites de Bron, près de Lyon

Caroline Girardon

— 

Le maire de Bron Jérémy Bréaud a été menacé de décapitation.
Le maire de Bron Jérémy Bréaud a été menacé de décapitation. — Twitter SynergiesOfficiers

Jérémie Bréaud, le jeune maire LR de Bron ( Rhône) menacé de décapitation. Des tags interpellant directement l’élu ont été découverts jeudi sur trois sites de la ville. «Jérémy Breaud on va te décapité !» (sic) et «nik la mumu», en référence à la police municipale, ont été inscrits sur une palissade ou encore sur la médiathèque de la ville, moins d'une semaine après l'assassinat par décapitation du professeur d'histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine.

Gérald Darmanin a apporté son soutien à Jérémie Bréaud en tweetant dès le début d’après-midi. Le ministre de l’Intérieur a ainsi annoncé que le préfet du Rhône allait saisir la justice à sa demande et qu’il avait pour mission de prévoir « une protection » du maire.

Les tags de menaces de décapitation auraient été inscrits entre minuit et une heure dans la nuit de mercredi à jeudi par une vingtaine d’individus selon Europe 1. La police municipale était également visée par les tags. « Opérations stups qui dérangent, refus des dérives et rodéos lors de mariages… La fermeté ne plaît pas », indique le syndicat Synergie-Officiers sur son compte Twitter.

« Je ne cèderai pas »

« Ces violents écrits sont inqualifiables mais ne m’impressionnent pas. Je ne céderai pas dans la lutte contre la délinquance et l’insécurité car la sécurité est la première des libertés » a réagi Jérémie Bréaud dans un communiqué, précisant qu’il avait porté plainte. Et d’ajouter : « À l’heure où notre pays est victime de la barbarie de l’Islam radical, où les valeurs de la République sont quotidiennement bafouées, je ne peux accepter de tels menaces et propos à mon égard et envers tous les élus de la République, des forces de sécurité, des sapeurs-pompiers, des enseignants ou le corps médical dans son ensemble ».

« Les sanctions pénales contre les atteintes aux personnes exerçant, ici un mandat, doivent plus que jamais être renforcées par des vraies sanctions pénales et non par un simple rappel à la Loi », plaide l’élu.

Le 20 septembre dernier, Jérémie Bréaud avait refusé de laisser entrer plusieurs dizaines d’invités à un mariage, en raison de leur demi-heure de retard et des rodéos effectués auparavant dans la ville. Il avait par ailleurs été déjà victime de menaces de mort le 9 octobre selon le site Lyonmag.fr.