Coronavirus : Jean Castex va lui-même annoncer ce jeudi les nouvelles mesures restrictives

EN PREMIERE LIGNE A 17 heures, le premier ministre devrait confirmer le basculement de plusieurs départements en « alerte maximale » et de nouveaux couvre-feux

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Jean Castex, à Paris le 15 octobre 2020.
Le Premier ministre Jean Castex, à Paris le 15 octobre 2020. — Jacques Witt/SIPA

L’exécutif est inquiet. Preuve en est : le Premier ministre va prendre la place du ministre de la Santé en première ligne pour donner les nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus. Face à une situation « particulièrement préoccupante », Jean Castex va donc lui-même se charger ce jeudi à 17 heures d’annoncer le basculement de plusieurs départements en « alerte maximale » contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clé.

Comme dans d’autres pays voisins, les projections en France sont mauvaises et les courbes s’accélèrent : 26.676 nouveaux cas de Covid-19 dépistés dans les dernières vingt-quatre heures, contre un peu plus de 20.000 la veille. Quelque 284 nouvelles entrées en réanimation soit 2.239 personnes au total pour une capacité nationale de 5.800 lits. Et 166 morts de plus, faisant passer la barre des 34.000 décès depuis le début de la pandémie.

Les très mauvais chiffres de Strasbourg

Surtout, cette moyenne cache des situations locales encore plus critiques. Et six jours après les couvre-feux instaurés entre 21 heures et 6 heures dans les métropoles de Paris, Lille, Lyon, Marseille, Rouen, Grenoble, Saint-Etienne, Montpellier et Toulouse, d’autres devraient suivre. Le taux d’incidence, indicateur clef qui relève le nombre de nouveaux cas sur sept jours pour 100.000 habitants, est notamment en hausse à Clermont-Ferrand (322), Tours (237) ou Nantes (194). Dans l’Eurométropole de Strasbourg, où il frôle désormais le seuil d’alerte maximale, le taux d’incidence « double chaque semaine », constate l’Agence régionale de santé du Grand-Est.

Avant d’annoncer un nouveau tour de vis jeudi, le Premier ministre a reçu mercredi les chefs de partis qui lui ont demandé si le couvre-feu allait être avancé à 19 heures dans certaines villes. « Il n’a pas répondu », a rapporté le secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts Julien Bayou. Mais le ministre de la Santé Olivier Véran a fait part, lors de cette réunion, d'« une évolution importante de contamination », a ajouté le patron de LR, Christian Jacob.

La crise est loin d’être finie

Le bout du tunnel est encore loin. Le Conseil scientifique a déjà prévenu : « les mois d’hiver seront difficiles ». Désireux d’élargir sa marge de manœuvre, l’exécutif a donc adopté en Conseil des ministres un projet de loi pour prolonger l’état d’urgence sanitaire, rétabli samedi, jusqu’au 16 février 2021 inclus. Nécessitant un vote au parlement, il sera examiné dès ce week-end à l’Assemblée avant de passer au Sénat.

L’exécutif entend aussi pouvoir appliquer des mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou d’ouvertures des établissements au moins jusqu’au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon le même texte.