Attentat à Conflans : Samuel Paty va recevoir la Légion d’honneur à titre posthume, annonce Blanquer

DECORATIONS Ce professeur d’histoire-géographie a été assassiné vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines)

L.Br.

— 

Jean-Michel Blanquer à Sèvres en septembre 2020.
Jean-Michel Blanquer à Sèvres en septembre 2020. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Jean-Michel Blanquer a annoncé ce mardi sur BFMTV et RMC que la Légion d’honneur allait être accordée à Samuel Paty à titre posthume. Ce professeur d’histoire-géographie a été décapité vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Il sera également « fait Commandeur des Palmes académiques », a ajouté Jean-Michel Blanquer. « C’est emblématique, c’est l’ordre qui va avec les professeurs, avec le monde de l’éducation. Son martyre vaut bien cette reconnaissance de l’institution », a-t-il ajouté, selon RTL.

Un hommage lors du retour en classe

Ces décorations devraient lui être remises mercredi, lors de l’hommage national qui lui sera rendu dans la Cour de la Sorbonne en présence du chef de l’Etat. « La Sorbonne est l’incarnation de l’importance de ce qui se joue en ce moment même, c’est-à-dire le savoir, la transmission du savoir et des valeurs » et « la Sorbonne est emblématique de ce que Samuel Paty incarne aujourd’hui », a poursuivi Jean-Michel Blanquer.

Interrogé sur la rentrée scolaire après les vacances de la Toussaint, le ministre a expliqué que « le vrai moment commun de la Nation » sera « le 2 novembre » et « les jours suivants ». « Il faut que, dès le lundi de la rentrée, on voie que la force est du côté de la République et que c’est une force sereine et qui va contre les assassins », a lancé le ministre. « La rentrée du 2 novembre, nous y travaillons, nous voulons marquer le coup, avec la minute de silence mais aussi avoir tout un travail pédagogique et nous voulons qu’il n’y ait aucun angle mort, c’est-à-dire que ce qui se passera se passera dans toutes les écoles, tous les collèges et tous les lycées de France, sans exception », a-t-il martelé.

Selon le ministre de l’Education, « l’ensemble qui se joue derrière cet assassinat, autrement dit la protection de la République, (…) doit être expliqué aux enfants, et pour cela on a besoin d’une unité du monde adulte ».